Le centre des sapeurs-pompiers de Saint-Lucie (#Floride), comme la plupart des centres de secours, n’était pas en mesure d’effectuer des sorties. L’ouragan Matthew peut donc « revendiquer » sa première victime identifiée. Selon Barack Obama, il y en aura d’autres…

Pas avant cinq jours

L’œil de l’ouragan est toujours au large, et se rapproche de Jacksonville, soit à 40 km au sud de la Géorgie. Elle compte près de 870 000 h, pour la plupart évacués ou soigneusement calfeutrés. Si l’énorme centre de l’ouragan reste au large, les vents balayant les localités côtières atteignent des vitesses dépassant 150 kmh. L’effet d’onde de tempête (de marée) et les pluies fracassantes sont encore plus dangereux. Le président Obama s’est de nouveau adressé à la Nation et en particulier aux personnes dont les biens et les vies sont en danger du fait ce « monstre » d’échelle 3 (sur 5). « Nous n’allons pas savoir avant trois, quatre, cinq jours ce que seront les effets ultimes ». Les conséquences, dévastatrices, dépendront aussi de l’évolution de l’ouragan Nicole, encore plus au large, sur le trajet de Matthew dont les vents affaiblis mais les pluies abondantes pourraient revenir frapper la pointe sud de la Floride après s’être éloigné des côtes de la Caroline du Nord.

Le pire est à venir

« Les pires conséquences sont encore à venir » ont estimé les autorités de Floride. Plus de 22 000 h de cet État restent dans des abris, mais les zones les plus exposées ont été évacuées. La base spatiale de Cape Canaveral n’a pas subi de dégâts majeurs en dépit d’un vent progressant à 172 kmh vers 07:00 (locales). Les météorologues croisent les doigts pour que la trajectoire ne s’incline pas vers l’ouest et plus avant vers l’intérieur des terres. L’ouragan va remonter environ 800 km. Ses vents couvrent environ cent kilomètres, donc, pour le moment, principalement l’océan et la zone côtière. Les autorités estiment que la zone touchée pourrait rester « inhabitable pour des semaines, voire des mois ». Actuellement, la pointe sud de la Floride a subi de moindres dégâts mais un « retour d’eau » ultérieur (milieu de semaine prochaine) n’est pas exclu. Plus de 600 000 personnes ont été ou restent privées d’électricité (les transformateurs ont explosé, les lignes restent en majorité coupées). Rick Scott, gouverneur de la Floride n’exclut pas « des destructions massives ». Le couvre-feu est instauré en de nombreux comtés. Samedi, le centre de l’ouragan approchera la Géorgie et la Caroline du Sud. En Géorgie, l’île de Tybee, proche de Savannah, évacuée, sera sans doute ravagée. En Caroline du Sud, près d’un demi-million d’habitants est ou sera évacué. L’état d’urgence a été déclaré sur toute sa voisine du nord mais aucune consigne d’évacuation obligatoire n’a encore été lancée.

Jacksonville très menacée

Le centre-ville de la plus peuplée des localités sur le parcours de Matthew se situe à près de 20 km de la côte, mais c’est jusqu’à elle un continuum bâti. L’estuaire du fleuve Saint-John est pratiquement au niveau de la mer. Une onde pourrait donc atteindre divers quartiers limitrophes du centre-ville. Les routes et ponts du comté sont déjà fermés à la circulation. Pour l’ensemble du parcours côtier, les assureurs envisagent 30 milliards d’USD de dégâts.

Bilan incertain pour HaÏti

Le bilan pour Haïti (et sans doute Nassau et les Bahamas par la suite) s’est encore alourdi. Les décès à Haïti sont désormais estimés plus proches de 600 que de 300 (340 au moment de rédiger ce matin). On craint un retour du choléra. Des glissements de terrains sont constatés. De fortes carences en vivres et eau potable sont inévitables. Ce bilan provisoire a incité de nombreux Américains à s’évacuer… #Hurricane Matthew #Etats-Unis