C’est à présent un cyclone tropical qui s’éloigne de la côte de la Caroline du Nord. Matthew, ouragan de force 5 au large, a décliné. Mais alors qu’il s’éloignait de Swansboro et de l’île Emerald, l’alerte #inondations couvrait des milliers d’hectares autour de Fayetteville à 170 km à l’intérieur de l’État. Ce dimanche après-midi, le bilan humain étasunien restait à quatorze morts (contre près d’un millier à Haïti). Le gouvernement des Bahamas ne compte aucun mort dans la capitale, Nassau, mais ne peut encore se prononcer sur le bilan humain pour l’ensemble des multiples îles frappées voici quatre jours). La seule bonne nouvelle est que l’ex-ouragan Nicole, en passe de devenir aussi cyclone, ne fusionnera pas avec Matthew. Selon le National Hurricane Center étasunien, Matthew, qui s’éloigne de Cape Hatteras (NC), ne sera pas affecté par Nicole qui s’éloigne du sud des Bermudes. Voici quatre jours il avait été fortement présumé que les deux ouragans d’alors interagissent et que Matthew revienne frapper la Floride.

Large emprise sur les terres

Même rétrogradé à la catégorie cyclone, Matthew conserve une large emprise : ses vents violents se font encore ressentir à 390 km de son centre. L’onde de tempête se conjugue encore avec la marée haute et le danger côtier ne s’estompe qu’au bout de 36 heures. Mais les inondations, en fonction de la configuration des terres, conservent une gravité variable en relation avec les précipitations et l’influence de l’onde sur les voies d’eau. Les eaux de celles-ci, gonflées de pluies abondantes, ne peuvent affluer en mer. Une onde de « simple » tempête, conjuguée avec la marée haute, et de fortes pluies, gonfle ainsi la Loire régulièrement. Les grandes marées font « marner » la Loire… C’est ce qui s’est produit en avril dernier. Pour la Caroline du Nord, ce phénomène est formidablement accru, alors même que le cyclone tropical Matthew s’en éloigne.

14 morts, bilan provisoire

Si le bilan humain aux États-Unis n’est (pour le moment) que de 14 morts, c’est que les ordres d’évacuation (les habitants persistant à rester sur zone devaient signer une décharge) ont été suivis par une majorité d’habitants et surtout que le centre de Matthew n’a que très rarement abordé la côte. Ces décès ont été directs (noyades, chutes d’arbres déracinés) ou indirects. Car en pleine tourmente, aucune équipe de secours (pompiers, ambulances) ne peut répondre aux appels, s’il reste encore possible d’en émettre. Ce dimanche, à 09:00 (locales), près de mille personnes ont encore été évacuées en urgence de la côte, vers Fayetteville, en passe d’être inondée, mais de manière non létale. Le bilan humain se répartit ainsi : quatre en Floride, trois en Géorgie, sept en Caroline du Nord. Cela semble paradoxal puisque, parvenu en Caroline du Nord, Matthew n’est plus qu’une tempête… Mais les vents restent très forts, les pluies surabondantes. Et surtout, l’interprétation de la perte d’intensité par les habitants les a induits en erreur, beaucoup ont considéré faussement qu’ils pourraient endurer la catastrophe. Jusqu’à nouvel ordre, il n’y a pas de décès constaté en Caroline du Sud car les évacuations ont été plus massives : les morts de Floride (celles de Géorgie n’étaient pas encore connues) ont mis en garde. C’est avec un différé très important que le bilan s’alourdit : jusqu’à quelques jours pour le bilan, jusqu’à des mois, voire une année pour le bilan matériel.

Des sinistrés pour des mois

Les dégâts sont catastrophiques. Des millions de foyers vont certes être réalimentés en électricité à très court terme, mais avec très souvent des dispositifs provisoires. Mais dans certains nombreux cas, se reloger sur place avant deux-trois mois reste illusoire. Nombre de sinistrés renonceront. Deux barrages proches de Raleigh et Lumberton se sont rompus en Caroline du Nord. Le bilan humain risque d’en être gonflé. Matthew affectera jusqu'à Matthews (30 000 h, NC). L'État endure 30 cm/h de pluies. 35 mm/h suffisent à inonder. Un déluge. #Ouragan Matthew #Etats-Unis