Tout est relatif. La Floride, qui compte quatre morts (pour l’instant) a été peu, mais relativement, épargnée par Matthew. La raison est simple : le centre de l’ouragan est resté au large, à environ 50 miles nautiques. Inespéré. Mais après Savannah, au nord de la côte de Géorgie, le centre s’est rapproché de la côte de la Caroline du Sud…

Déclassé 3 à 2

Matthew n’est plus, après avoir été classé 4 (sur 5) au large, qu’une tempête tropicale de force 2 à son arrivée en Caroline. Ce qui signifie que la vitesse du vent, au sol (en hauteur, et pour les grands immeubles, ce n’est pas indifférent, c’est davantage) n’est plus que de l’ordre d’une centaine de kmh, avec bien sûr toujours des rafales jusqu’à 130. Mais cela reste assez puissant pour provoquer de fortes ondes de tempête (montée des vagues sur le rivage) et des inondations très abondantes. C’est le plus dévastateur. Or, la Caroline du Sud côtière, c’est le Lowcountry du Palmetto State. C’est peu au-dessus du niveau de la mer. On comprend donc que, à l’attention des gens ayant ignoré ses ordres d’évacuation, la gouverneure Nikki Haley ait enjoint « à la prière ». Même si Matthew était déclassé en première catégorie, il resterait redoutable du fait des précipitations et peut-être de l’adjonction de tornades.

Difficiles bilans

Les conditions d’observations (hors satellitaires) sont telles qu’on ne peut préjuger des dégâts. Les secours ne peuvent intervenir, avant retour au calme acceptable, et hormis une femme tuée par un arbre en Floride, c’est une victime d’arrêt cardiaque, et un couple asphyxié (par un générateur puisque plus d’un million de personnes étaient plongées dans le noir), qui constituent ce bilan sans doute provisoire. Quant aux dégâts, il y a les apparents (nombreuses façades d’immeubles endommagées, maisons d’habitations dévastées, voitures englouties…) et les subséquents. Jacksonville, largement dépassée par le centre de Matthew, est toujours sous l’orage et l’eau ne sera pas résorbée avant des jours ou des semaines. Les habitations, des ateliers, &c., ne seront pas utilisables avant au moins un, des mois. En Caroline du Sud et au sud de celle du Nord, les dommages de l’eau peuvent s’étendre à plus de cent kilomètres dans les terres. Car les voies d’eau débordent, du fait des pluies, de l’impossibilité pendant x temps d’entrer dans la mer.

La Caroline du Nord très menacée

Les prévisions sont difficiles. Matthew devrait s’affaiblir en atteignant la Caroline du Nord et peut-être reprendre le large avant d’atteindre Southport… ou pas. La ville est soumise (02:30, Paris) à des rafales de 70 kmh. On ne peut rien présager de très fiable. Sur Charleston (SC), c’est encore au-dessus de 100 kmh (pics à 132). Tout motard sait ce que cela représente. L’état d’urgence a été déclaré pour jusqu’à la bien nommée, en la circonstance, Cape Fear, au nord et loin à l’intérieur des terres, et c’est en raison des inondations. Qui menacent encore Jacksonville, loin au sud, en Floride (la situation restera encore critique 36 h env.). Cela durera jusqu’à lundi pour les deux Caroline. En Floride, on vient de retrouver un homme renversé de son fauteuil roulant et qui a pu rester accroché à l’épave d’une voiture. Il n’y a toujours « que » près de 1,2 million de foyers dans le noir (parfois sans eau potable). L’impact est déjà ressenti à Charlotte où le Six Mile Creek déborde et c’est à 350 km à l’ouest de la côte. St-Augustine (Fl.) et Charleston, parmi les deux plus vieilles villes historiques et touristiques des É.-U. ont vraiment souffert, souffrent encore et ne s’en remettront pas de sitôt. 03:00 (Paris) : nouvelle annonce de décès, portant les morts à cinq. L’onde persiste et augmentera le niveau de la marée haute attendue en Géorgie. Pour l’anecdote : le plus grand abattoir de porcs au monde, à Tar Heel (NC) ferme ses portes. Moins anecdotique : les répercussions sur l’environnement. 32,500 porcs/jour produisant du lisier… qui débordera… contaminera les eaux. #Ouragan Matthew #Catastrophe #Etats-Unis