#monsanto empoisonne notre assiette et nos campagnes. #Bayer tue les abeilles à coups de pesticides. Tous deux veulent fusionner et créer une méga-corporation de 100 milliards de dollars pour régner sur le système alimentaire international ! Officiellement, les deux géants du pesticide fusionnent pour "produire plus avec moins". Des objectifs nobles me direz-vous. Officieusement, ces derniers veulent fusionner pour avoir un monopole distinct sur tout ce qui se fait en matière de pesticides. Interviewé dans l'Express, Frédéric Marty nous déclare que les géants de l'agrochimie détendront 37% du marché agrochimique. Une part de marché inédite, et dangereuse. La Commission Européenne va donc statuer sur le fait qu'ils peuvent ou non fusionner. Cela entraînerait un monopole certain sur les pesticides et tout ce qu'ils contrôlent. Toujours selon Frédéric Marty, cela entrainerait une concurrence déloyale envers ceux qui veulent entrer sur le marché, et un manque d'innovation, puisque c'est la concurrence qui amène cela. Par ailleurs, cela entraînerait une augmentation nette des prix, puisque plus la demande est forte par les agriculteurs, plus le prix va augmenter.

Le chèque de Bayer à Monsanto : 55 milliards d’euros

Cela donne naissance à un géant de l’agrochimie. Au détriment, accusent les ONG et associations paysannes, des producteurs et des citoyens. Cela est le plus gros investissement d'une entreprise allemande de tous les temps. Pour rappel, Monsanto est le créateur du très célèbre "glyphosate" ou RoundUp un herbicide très puissant, décrié par de nombreuses associations et commissions. Mais ce n'est pas tout, ils sont également lobbyistes dans les OGM, créant des semences génétiquement modifiées ou encore l’«agent orange», un défoliant utilisé durant la Guerre du Vietnam, qu'ils clamaient sans danger en sachant pertinemment que c'était faux. Bayer, quant à eux, sont des fabricants de médicaments. Mais aussi de IG Farben, fournisseur du zyklon B utilisé dans les camps de la mort nazis. Par ailleurs, ils tuent nos abeilles avec les néonicotinoïdes, décrié par les apiculteurs et les chercheurs. Faut-il donc rappeler que ces deux géants de l'agrochimie ont les mains sales ? #Fusion