L’Union Nationale de l’Apiculture Française, structure fédérant la quasi totalité des fédérations départementales dont l'Abeille Ardéchoise et Drômoise, a créé le label APIcité. Il s'agit d'un premier label national destiné aux villes qui aiment et protègent l’abeille et les pollinisateurs sauvages. Certaines communes ont consenti d'importants efforts pour aider à la survie de l'abeille, en fournissant, par exemple, des terrains publics à des apiculteurs qui peuvent y installer quelques ruches. Dix sept villes Françaises recevront ce prix Apicité, le Jeudi 1er décembre 2016 à 10H à Paris 7ème. Les premières communes Françaises lauréates du label APIcité sont Amiens (80), Boutigny-sur-Essonne (91), Clermont- Ferrand (63), Dijon (21), La Grigonnais (44), Javerdat (87), Mèze (34), Montberon (31), Montdardier (30), Paris (75), Pernes-les-Fontaines (84), Saint-Mandé (94), Saint-Pierre-d’Amilly (17), Tarbes (65), Thionville (57), Villeveyrac (34), Vitrolles (13).

17 maires de France d'accord pour "sauver le soldat Maya"

L’Union Nationale de l’Apiculture Française est devenue le fer de lance pour la protection des abeilles en France et en Europe, avec de vrais labels valorisant l’obtention de la mention abeille, alors que de nombreux apiculteurs Français ont été victimes de pertes de 80 % de leur cheptel abeilles avec 7 pesticides. "Pourquoi le tout chimique est-il choisi en priorité quand une solution plus respectueuse de l’#environnement, telle que la rotation des cultures, est préventivement et curativement possible ?" a récemment demandé le Président de l'UNAF au Président François Hollande. Une réponse à cette délicate question serait actuellement en cours de préparation à l'Elysée.

Ce premier label APIcité 1er label, bénéficiant d'une publicité nationale, devrait inciter davantage de communes qui aiment et protègent l’abeille et les pollinisateurs sauvages, à soutenir les apiculteurs et à protéger les abeilles et la biodiversité. Cette initiative louable intervient après que le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll ait été défaillant au sein du gouvernement Français. "Dans une incompréhension générale, Stéphane Le Foll a tenté de faire passer auprès des parlementaires des mises sur le marché dérogatoires des insecticides "tueurs d'abeilles" à base de néonicotinoïdes, qui foudroient les abeilles en quelques secondes sur les fleurs de colza, de tournesol, sur le maïs" a rappelé l'UNAF au Président François Hollande. Aucune étude sur la santé humaine, pour les consommateurs qui utilisent les huiles ou le maïs, n'a été ordonnée par les services du Ministère de la Santé, suite à ces dérapages d'un ministre du gouvernement.

#Biodiversité #Ecologie