La #cop22 débute aujourd’hui, à Marrakech, un an après la #COP21 (au Bourget). Il y a 3 jours, vendredi 4 novembre, l’accord de Paris sur le climat est entré en vigueur. L’objectif, pour les 195 pays signataires, est de limiter la hausse de la température moyenne sur Terre à 2 degrés Celsius d’ici à la fin du siècle. Une nouvelle de bon augure dans un paysage bioclimatique plutôt sombre. La conférence sur le climat intervient moins d'un an après celle de Paris, la COP21. D'ailleurs, François Hollande était à Locrimé le 04 novembre pour inaugurer le pôle Liger, Cette visite s'est effectuée dans le cadre de l'entrée en vigueur, ce vendredi 04, de l'accord signé lors de la COP21. Déjà peu concernés par la COP21, certains se demandent à quoi va servir la nouvelle rencontre au sommet sur le climat. Rappelons que le 12 décembre dernier, Laurent Fabius qui présidait ce sommet, arrachait de haute lutte l'accord dit de Paris, ratifié il y a peu par 97 nations sur 195, représentant plus de 67,5% des émissions de gaz à effet de serre.

Seuil critique dès 2050

Le seuil de 1 degré a été dépassé en 2015, les phénomènes climatiques extrêmes tels que sécheresses, inondations, ouragans, ont doublé depuis 1990. Et selon Robert Watson, ancien président du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), « la barre des 2 degrés considérée comme critique, pourrait être franchie dès 2050. ». Au premier plan des victimes collatérales de ce réchauffement, de la fonte glaciaire et de la montée des océans : les îles. Les Etats insulaires sont en état d’urgence. À Marrakech du 7 au 18 novembre, il importe d’entendre leur voix.

Alerte sur les océans 

Déjà en 2001, les experts du GIEC tiraient la sonnette d’alarme au sujet de la montée des océans: « En 2100, annonçaient-ils, le niveau de l’océan montera de 11 à 90 cm. Il a déjà commencé et va continuer pendant de nombreux siècles. Mais les glaces de mer n’y seront pour rien. Courants et littoraux seront soumis à une énergie plus importante dont on ne mesure pas les effets ». La France a promis, pour sa part, de porter sa contribution financière de 3 à 5 milliards d’euros n’en 2020. À noter qu’ 1 milliard d’euros sera consacré à l’adaptation au changement climatique. #Ecologie