Et oui : les médias ont beau dire que le phénomène se limite à Paris ou à Lyon, d'autres villes plus petites sont également touchées, comme #Grenoble. En 2014, ses habitants, éreintés par la couche de #pollution constante qui menaçait leurs enfants, ont décidé d'élire à la tête de la ville un maire écologiste. En effet, la préfecture de l'Isère est située dans une cuvette de montagnes qui, lorsque l'anticyclone se maintient, a du mal à évacuer le trop plein de particules fines.

Publicité

Depuis les élections municipales, la lutte contre les émissions de dioxyde de carbone s'est intensifiée, des tracts écologistes ont circulé et des journées sans voiture se sont organisées dans l'agglomération. Malheureusement, toutes ces bonnes intentions ne suffisent pas ! De plus, difficile pour la mairie, dans le contexte actuel, de prolonger ces mesures drastiques plus longtemps. Tandis que Paris et Lyon ont mis fin à la circulation alternée qui a duré une bonne partie de la semaine dernière, Grenoble, elle, interdit les véhicules les plus polluants. Parmi eux, les voitures les plus vieilles, de plus de 20 ans : celles immatriculées avant le 1er janvier 1997 sont interdites de circulation dans l'ensemble des communes de l'agglomération. De même pour les poids lourds et les bus d'avant 2001 et pour les deux-roues d'avant 2000.

Publicité

Quand l'intérêt sanitaire se heurte au quotidien des Grenoblois

Cependant, comme à Paris et Lyon, il est difficile d'accepter de devoir se serrer la ceinture encore une fois. En effet, beaucoup travaillent et doivent se rendre à leur lieu de travail en voiture, car certains sont mal desservis par les transports en commun.

Publicité

En plus de cela, d'autres transportent du matériel qu'il est difficile de placer autre part que dans une voiture. Malgré cela, la municipalité ne fait aucun effort pour inciter à utiliser les transports en commun, comme à Paris : même quand ces mesures anti-pollution sont appliquées, les transports en commun ne deviennent pas pour autant gratuits.

Face au mécontentement des automobilistes, il faut pourtant verbaliser ceux qui ne respectent pas les règles. Les autorités vont même jusqu'à renforcer le dispositif en réclamant des vignettes anti-pollution sur chaque voiture. De plus, la limitation de vitesse sera plus basse si on dépasse les 70 km/h. Les automobilistes devront ainsi circuler à 20km/h de moins qu'indiqué sur les panneaux. C'est la seule solution pour lutter contre les morts liées aux maladies pulmonaires qui peuvent avoir pour facteur principal la pollution de l'air, maladies qui tuent des milliers de personnes chaque année en France. Mais ce qu'on attend, ce sont des solutions de fond au niveau étatique pour lutter efficacement contre la pollution de l'air en compliquant le moins possible les conditions de vie des travailleurs.