Quand la droite traite les représentants de la gauche de doux rêveurs, qui pensent pouvoir faire de l'énergie renouvelable 100% du mix énergétique français d'ici 2050, elle a sans doute tort. En effet, négaWatt, une association d'experts en la matière, a assuré que cet objectif était atteignable pour peu que les politiques publiques fassent cet effort de transition énergétique. D'ailleurs, certains candidats à la primaire défendaient cette ambition, mais ils ont été éliminés dès le premier tour. Benoît Hamon, pour sa part, souhaite augmenter la part des énergies renouvelables dans la production nationale, mais il ne se projette pas jusqu'à 2050 : son objectif est de faire des énergies renouvelables 50% du mix d'ici 2025.

Publicité
Publicité

100% de renouvelable... à certaines conditions

Cependant, 100% de renouvelable d'ici 33 ans, cela suppose plusieurs transformations dans notre société, et non pas seulement l'augmentation des parcs éoliens, géothermiques, des barrages, etc. Car il faut pour cela baisser notre consommation annuelle en électricité, en rendant plus efficaces nos moyens de chauffage, par exemple. En effet, les bâtiments construits dans les années 1960 sont aujourd'hui vétustes et très énergivores car leur chauffage central est vieillissant. Du coup, l'une des solutions proposées par ces experts est la rénovation thermique de ces bâtiments, qui permettrait une baisse de 56% de la consommation d'électricité.

De plus, nous devons également changer nos modes de transport, en privilégiant davantage les transports en commun, le ferroviaire, le covoiturage et de nouveaux bus hybrides.

Publicité

Autrement dit, il faudrait en même temps réduire le parc automobile national, et notamment se débarrasser des voitures les plus vieilles, qui consomment beaucoup plus de carburant et qui, en même temps, polluent beaucoup plus. Ces voitures devraient être remplacées par des voitures électriques. D'ailleurs, en parlant de pollution, la réduction de l'émission des gaz à effet de serre, des particules fines et du dioxyde de carbone, réduiront en même temps les pathologies liées à ces fléaux et, par là, permettront à l'Etat de faire des économies en termes d'assurance maladie.

Comment remplacer les combustibles fossiles ? Ces derniers constituent en effet une des matières les plus utilisées dans nos centrales thermiques, avec les combustibles nucléaires. Néanmoins, nous pouvons définitivement nous en affranchir en les remplaçant, selon ces experts, par de l'électricité et le biogaz d'origine renouvelable. Les combustibles nucléaires aussi peuvent être remplacés, notamment par la biomasse, c'est-à-dire le bois dont les scieries n'ont pas besoin et qui, autrement, serait purement et simplement jeté.

Publicité

Donc les centrales thermiques peuvent être maintenues, à condition que l'on modifie les combustibles qui permettent de faire bouillir l'eau qu'elles contiennent. Ainsi, ce seront des centrales thermiques 100% propres. Finalement, la transition énergétique n'est pas si ambitieuse que cela si on accepte de s'en donner les moyens, en réduisant nos consommations électriques par la rénovation, et en favorisant les énergies vertes dans ce processus. #France