Selon l'agence allemande DPA, 100 000 personnes ont protesté ce lundi et condamné le mouvement anti-Islam Pediga. Fortement soutenus par la chancelière #Angela Merkel et considérant que « l'islam fait partie de l'#Allemagne », les partisans de la tolérance et opposants à l'islamophobie étaient présents au nombre de 30 000 à Leipzig (est), 20 000 à Munich (sud), 17 000 à Hanovre (nord) et enfin 4 000 à Berlin.

Manifestation anti-Islam dans la ville de Dresde

Ce mouvement fait suite au rassemblement de quelques milliers de personnes islamophobes dans les rues de la ville de Dresde dans l'est du pays. Lundi, 25 000 manifestants anti-Islam de Pediga ont défilé dans cette ville d'Allemagne de l'Est et, selon les forces de sécurité, la taille de la participation (qui a eu lieu après l'attentat du siège parisien hebdomadaire "Charlie Hebdo" la semaine dernière) était sans précédent. De nombreuses bannières liées aux attentats de Paris étaient visibles dans le cortège : "Vous ne pouvez pas tuer notre liberté" ou "la liberté de pensée, plutôt que le terrorisme salafiste".

Notons que, depuis octobre dernier, et chaque lundi, le mouvement Pediga anti-islam (européens nationaux contre l'islamisation de l'Occident) organise des manifestations contre la religion et les demandeurs d'asile musulmans.

L'Allemagne entre sagesse et lucidité

Angela Merkel, qui participera mardi dans un hommage aux organisations musulmanes allemandes à la cérémonie de Berlin, a confirmé que l'Islam fait partie de l'Allemagne.

Remarquons que l'Allemagne, sage et visionnaire, tient à apaiser les tensions et à anéantir des actions irresponsables qui peuvent faire entrer la région dans un désordre de conflits entre les citoyens d'un même pays. Elle a parfaitement conscience, même inavouée, que de telles situations préparent le terrain aux actes terroristes et seront sans doute propices pour que certains concrétisent une stratégie maléfique diaboliquement étudiée pour atteindre deux objectif. Le premier : essayer de nuire à l'image de l'Islam et par conséquent gagner le rôle de victime ; le second consistant à semer le désordre et l'instabilité partout à des fins douteuses.