Sergio Mattarella, juge constitutionnel, a été élu à une très large majorité ce samedi 31 janvier, lors du quatrième tour du scrutin. Il a décroché quelques 665 voix, or seulement 505 étaient nécessaires pour remporter l'élection. Il devient donc le nouveau (et 12ème) #Président de la République italienne…

L'homme de 73 ans était soutenu par Matteo Renzi, le chef du gouvernement. Ce dernier a, par ailleurs, tweeté, directement après l'annonce de la victoire de Mattarella, "Bon travail, président Mattarella! Et vive l'Italie!".

Lorsque le nouveau président a atteint le seuil requis pour être élu, à savoir les 505 voix correspondant à la moitié des 1009 votants, le décompte (diffusé en direct à la télévision nationale) s'est arrêté un bref instant, pour laisser retentir les applaudissements dans l'hémicycle.

Publicité
Publicité

Mattarella est connu pour sa droiture, sa rigueur, sa discrétion face aux médias, sa froideur même, mais surtout, il est intransigeant sur les principes qu'il défend. Ce Silicien catholique est très différent du Premier ministre Matteo Renzi, réputé pour son côté médiatique et charismatique, voire même exubérant.

Sergio Mattarella pourrait prêter serment dès le début de la semaine, et prendre directement ses fonctions. Il succède ainsi à Giorgio Napolitano, qui, au bout de presque 10 années au pouvoir, a remis sa démission au mois de janvier dernier. En cause: son âge avancé. En effet, à 90 ans, l'homme ne se sentait plus de taille à assumer pleinement ce rôle.

Giorgio Napolitano, alors qu'il s'apprêtait à voter jeudi dernier, a reçu une véritable ovation de la part des parlementaires, ainsi que des délégués de chaque région.

Publicité

Il est, désormais, sénateur pour le reste de sa vie.

Quels pouvoirs a le président italien?

Le président de la République italienne a, en fait, surtout des pouvoirs honorifiques. Le chef de gouvernement ayant beaucoup plus de possibilités de décider et d'agir. Cependant, le président peut jouer un rôle capital, par exemple lorsque l'Italie doit faire face à une crise politique. Inutile de rappeler que cela a très souvent été le cas ces dernières années… Dans ce cas, il devient arbitre, afin que la situation reste sous contrôle. Sergio Mattarella devra probablement endosser ce rôle, lui aussi, au vu de la situation politique italienne. #Union Européenne #Élections