Entrée dans l'#Union Européenne en 2004 et dans la zone euro en 2014, la Lettonie va avoir un rôle considérable au sein des vingt-huit pays membres de l'UE dans les mois à venir.

Ce qui est frappant dans ce pays, grand comme six départements français, c'est la relation qui l'unit avec son voisin russe. Après la deuxième Guerre Mondiale, la Lettonie est entrée dans le giron de l'URSS. « On ne sait toujours pas s'il s'agit d'une annexion ou d'une intégration de son plein gré », explique Yves Plassereaud, spécialiste des pays baltes. Toujours est-il qu'à cette époque, beaucoup de Russes ont rejoint la Lettonie pour son style de vie et l'attrait que constitue une position proche de la mer.

Publicité
Publicité

En 1989, lors du démantèlement de l'URSS, on compte d'ailleurs plus de 50% de non-Lettons dans le pays. Actuellement, on considère qu'un tiers de la population est russophone, ce qui ne veut pas dire…russe. Attardons-nous quelques instants sur ce terme « russophone ». « Il peut s'agir de citoyens lettons, de citoyens de la fédération de #Russie ou encore d'apatrides », indique Yves Plassereaud. C'est dire l'Histoire qui unit ces deux pays qui « tentent » d'effacer les stigmates du passé. « Economiquement, les deux pays dépendent beaucoup l'un de l'autre. La Lettonie dispose d'importants ports avec une efficacité remarquable de ses structures portuaires. Mais vu les récentes crispations et tensions nées de la guerre en Crimée, la Russie essaie de s'en passer ». Car les événements de Crimée, les Lettons peuvent également le craindre avec la province orientale de Latgale.

Publicité

Conscient du rôle qu'il aura à jouer dans les prochains mois, le pays s'est minutieusement « échauffé ». « Il se prépare depuis quatre ans en ayant observé l'exemple lituanien. Il s'est rassemblé autour de thèmes forts comme l'informatisation et la compétitivité ». Il devra également bien gérer les 70 ans de la fin de la deuxième Guerre Mondiale dans une position très délicate. Surtout vu son admiration pour les Etats-Unis. « Les USA représentent la sécurité pour la Lettonie. Il y a une américanophilie extraordinairement forte », souligne le spécialiste. « Il y a d'ailleurs beaucoup d'émigrés lettons aux USA et inversement. » Comment gérer cette relation très amicale avec l'oncle Sam par rapport au voisin Poutine ? C'est l'un des nombreux grands enjeux de la présidence lettone.