Marioupol, toujours tenue par l'armée ukrainienne, est à feu et à sang. Ce samedi, au moins 30 civils ont été tués et 97 blessés dans des bombardements imputés aux séparatistes par les forces loyales à Kiev. Du côté de Donetsk, on dénonce une mise en scène orchestrée par les services secrets ukrainiens. Il est difficile de faire la part des choses, tellement la propagande est forte des deux côtés des tranchées.

Quoiqu'il en soit, il semblerait que les rebelles passent à nouveau à l'offensive, quelques jours après avoir arraché l'aéroport de Donetsk des mains des soldats ukrainiens retranchés là pendant plusieurs mois. Selon le premier ministre de la République Populaire de Donetsk, Alexandre Zakharchenko, ses hommes tenteraient maintenant de reprendre le contrôle de Marioupol, dernière grande ville de l'est ukrainien occupée par les forces de Kiev. "L'offensive sur Marioupol a débuté aujourd'hui, c'est le meilleur hommage que nous puissions rendre aux victimes de la guerre", a affirmé Zakharchenko.

Marioupol est capitale pour les deux camps. Cette ville de 500.000 habitants abrite un port gigantesque et est à mi-chemin entre les Républiques rebelles de l'#Ukraine et la Crimée, réunie à la #Russie en mars 2013. Elle permettrait à Donetsk et Louhansk de recevoir du matériel et des renforts criméens. La presque-île est consciente qu'elle aussi aurait pu être dévastée par la guerre si l'armée russe n'avait pas fait son apparition au milieu d'un nuage de fumée. Pour Kiev, la perte de Marioupol serait un grand coup dur. En plus des problèmes logistiques que cela pourrait causer, cela toucherait considérablement l'économie à bout de souffle. De plus, il va sans dire qu'une victoire des rebelles achèverait de miner le moral des soldats ukrainiens, bien souvent obligés de combattre avec un équipement vétuste voire défectueux.

Quant aux Européens et aux Américains, ils poussent leurs traditionnels cris d'orfraie. Plusieurs haut-diplomates occidentaux ont demandé à Moscou de mettre un terme à l'offensive actuellement en cours sur Marioupol. Une manière à peine voilée de faire oublier leurs propres fournitures d'armes au régime en place à Kiev qui bombarde allégrement des populations civiles depuis des mois. #Union Européenne