#Vladimir Poutine ne se rendra pas aux cérémonies de commémoration de la libération des camps d'Auschwitz il y a 70 ans. Cet "anniversaire" aura lieu le 27 janvier prochain, mais le président russe n'ayant pas reçu d'invitation officielle, il a affirmé qu'il ne participerait pas à l'événement…

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe, a pris la parole devant la presse hier, le mercredi 21 janvier, pour confirmer la nouvelle: "le président n'a pas reçu officiellement une invitation. Le directeur du musée d'Auschwitz-Birkenau a fait parvenir une lettre à notre ambassadeur dans laquelle il disait: "vous pouvez venir, et si vous le faites, merci de préciser qui viendra". A cela, nous ne pouvons répondre par la positive".

Publicité
Publicité

Cependant, il est important de noter qu'aucune invitation officielle n'a été envoyée, le musée d'Auschwitz-Birkenau préférant prêter une attention toute particulière aux derniers survivants pour ce 70ème anniversaire. Pourtant, cela n'empêchera pas les présidents François Hollande (France), Joachim Gauck (Allemagne), ou encore Petro Porochenko (Ukraine), de participer à cet événement. Quelques 38 pays devraient être représentés lors de ces cérémonies de commémoration.

La #Russie enverra donc Sergueï Ivanov, chef de l'administration présidentielle, pour représenter son pays.

Tensions dues au conflit opposant la Russie et l'Ukraine

Il semblerait qu'en réalité, le prétexte trouvé par le côté russe (à savoir l'absence d'invitation officielle) cache plutôt un manque d'emballement du président à se rendre dans un pays membre de l'OTAN avec lequel les relations ne sont pas au beau fixe depuis le début du conflit opposant la Russie et l'Ukraine.

Publicité

En outre, Vladimir Poutine n'aurait peut-être pas une envie folle de se retrouver en compagnie des dirigeants des différents pays ayant opéré diverses sanctions allant à l'encontre de la Russie. En cause toujours, la crise ukrainienne.

Il ne reste plus qu'à espérer que cette crise, qui fait l'actualité depuis des semaines, voire des mois, ne vienne pas entacher les cérémonies de commémoration de la libération des camps de concentration d'Auschwitz. Quoiqu'il en soit, il semblerait que le président russe ne soit pas parvenu à mettre cela de côté…