La chancelière allemande, #Angela Merkel, est allée rendre visite au président américain, #Barack Obama, afin de parler des méthodes envisageables pour éviter que la crise en Ukraine ne devienne une guerre entre la Russie et les États-Unis, l'un offrant des armes aux forces pro-russes, et l'autre, à l'Ukraine. Dans son entretien, elle lui exposera le plan de paix mis sur pied en collaboration avec le président français François Hollande.

Washington ne voit pas l'issue de la crise de la même manière que les pays européens. Mais, les diplomates n'ont plus le temps de faire du bla-bla. Le bilan des victimes continue de s'alourdir après les 12 de samedi.

Publicité
Publicité

En effet, les autorités déclarent que dans les dernières 24 heures, 16 personnes de plus sont mortes.

Bien que les Européens croient que fournir des armes à l'Ukraine n'est pas la voie de sortie, ils s'accordent avec Barack Obama sur un point. Les Russes sont derrière la rébellion et ils doivent arrêter d'envahir leur voisin. Pour Angela Merkel, "fournir des armes à l'Ukraine est l'équivalent d'entrer en guerre avec la Russie".

Après les entretiens de jeudi à Kiev, de vendredi à Moscou et ceux qui viendront mercredi prochain, la chancelière allemande aimerait voir les États-Unis appuyer le processus diplomatique en cours. Cependant, le dialogue entre les nations est fragile. Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, disait que "personne ne pouvait parler à Vladimir Poutine en utilisant un ton d'ultimatum", en réaction aux affirmations de menaces de nouvelles sanctions économiques de l'Union européenne contre Moscou en cas d'échec.

Publicité

Néanmoins, le plan de Merkel et de Hollande proposerait une zone démilitarisée de 50 à 70 km de large le long de la ligne de front. Néanmoins, Kiev est très réticente à cela mentionnant que "les séparatistes ont avancé de 500 km depuis les accords signés à Minsk". Barack Obama semble être disposé à aider l'Ukraine, mais une menace d'une nouvelle guerre froide ne semble pas annoncer de bons jours pour ce pays qui a vu plus de 5500 habitants perdre la vie depuis 10 mois.