Le président français et la chancelière allemande étaient partis à Moscou avec l'espoir de voir leur homologue russe entendre raison. Leur proposition de cessez-le-feu n'a malheureusement pas plus au Tsar russe malgré une rencontre de plus de cinq heures. Hier, les deux dirigeants avaient été à Kiev pour s'entretenir avec les représentants ukrainiens sortant de leur rencontre avec des commentaires positifs.

Néanmoins, bien que tout ne soit perdu, M. Hollande et Mme Merkel sorte de Moscou la tête entre les deux jambes. Il n'ont rien de concret à annoncer autre que la promesse de travailler à un document conjoint sur la création d'un plan de paix basé sur les accords de Minsk qui n'ont pas été respectés.

Publicité
Publicité

Les autorités russes ont mentionné que « les dirigeants allaient se téléphoner dimanche pour voir ce qu'il en ait ». Ainsi, François Hollande a qualifié ces échanges de « constructifs et substantielles ». En collaboration avec la chancelière allemande, le président s'affaire à la rédaction d'un plan pour incorporer les demandes de #Vladimir Poutine et de Petro Porochenko.

En attendant, les civils évacués dans certaines villes retrouveront-ils leur maison en ruines? Ceux qui sont toujours prisonniers des combats survivront-ils? Le décompte va au-delà des 5000 morts à ce jour en raison des caprices de Vladimir Poutine.

Avant de s'engager sur le chemin de l'aéroport, François Hollande a insisté pour dire que « le premier pas est un cessez-le-feu. Mais que l'objectif principal est d'obtenir un règlement global ».

Publicité

Avec les États-Unis prêt à fournir les Ukrainiens en armes, le climat est très tendu. Même si personne ne veut qualifier cette rencontre comme « celle de la dernière chance », plusieurs admette que c'est près de cela.

Les efforts déployés par les diplomates franvçais et allemands sont en quelque sorte pour éviter de revenir à l'époque de la « Guerre froide ». Depuis la tombée de l'URSS, jamais les Russes et les Américains n'ont été autant à couteaux tirés. Une guerre armée fera des milliers de morts innocents. Imaginez, d'un côté la Russie supportant les rebelles, de l'autre les États-Unis supportant Kiev. C'est un jeu dangereux! #Union Européenne #Ukraine