À l'heure où des idioties attirent plus de 250.000 visites sur YouTube en une heure pour une vidéo gênante, les autorités britanniques ont décidé de rendre criminel le phénomène du « porno vengeur ». Cette pratique consiste en la publication d'images ou de vidéos compromettantes dans le but de se venger d'une personne ou d'un groupe. Ces actions seront désormais passibles de deux ans de prison et d'amendes en Grande-Bretagne.

Le 12 février, Londres a adopté le texte de #Loi qui devrait recevoir l'approbation royale dans les semaines a venir. Dans la loi, on peut lire que « des sanctions seront apportées à toutes les personnes qui partagent des images à caractère privé ou sexuel sans le consentement de celle présente sur les photos ou enregistrements ».

Publicité
Publicité

Maintenant que la viralité est très recherchée sur Internet, c'est une loi nécessaire.

Ainsi, maintenant, toute personne qui rend accessible des images d'un autre individu sans son consentement sur la planète Web est désormais passible de sanctions. La loi s'applique aux textos, aux courriers électroniques et simplement lorsqu'elle est montrée physiquement à une troisième personne depuis son iPhone !

Une responsable d'un organisme d'aide aux victimes de ce type de comportements, Laura Higgins, a réagi en disant que « cela va aider le travail des policiers et de la #Justice en général ».

Le problème est tel que le gouvernement britannique, parallèlement à cette loi, tient une campagne de sensibilisation aux effets dévastateurs de la publication d'une image compromettante.

Publicité

Plusieurs se souviendront du « Jedi Kid » dont la vidéo était devenue virale sur YouTube en l'espace de quelques minutes. Il a eu besoin d'aide psychologique pour rebâtir son estime.

Ainsi, pour éviter d'autres cas, une ligne téléphonique est accessible et un site Internet explique les conséquences de ces actions. Aux États-Unis, cette pratique est déjà condamnable dans plusieurs États et les peines peuvent aller jusqu'à six mois de prison comme en Californie.