Ils étaient entassés dans douze bateaux de fortune. Ils voguaient à la dérive lorsque les autorités italiennes sont venues à leur rescousse. Selon les sources, ils étaient près de 2.000 à attendre d'être rescapés des eaux froides de la Méditerranée. À mi-chemin entre les côtes lybiennes et la petite île qui appartient à l'Italie, ces immigrés désespérés avait quitté leur pays espérant se réfugier à Lampedusa.

L'opération de sauvetage a pris quelques heures afin d'évacuer l'ensemble des personnes dispersées sur les 12 canots. Sur l'heure du midi, plus de la moitié avait retrouvé la terre ferme. Pour réussir l'exploit, plusieurs ressources ont été mises à contribution dont un avion ATR42, quatre vedettes, deux bateaux-remorques, un patrouilleur de la Garde des finances et un de la marine militaire.

Publicité
Publicité

En matinée, les garde-côtes italiens ont eu la frousse lorsqu'une vedette venue de la Libye les a approchés avec des armes automatiques dans les mains. Apparemment, les pirates auraient menacé les autorités italiennes armés de leurs kalachnikov afin qu'ils leur laissent l'embarcation sur laquelle les immigrants illégaux s'étaient aventurés en mer. Devant ces menaces, les Italiens ont laissé le canot aux hommes armés puisqu'ils avaient déjà sauvé tous les sinistrés.

Une pratique qui dépasse l'Italie

Les autorités italiennes avaient, il y a 48 heures à peine, secouru un groupe de 600 personnes dispersées sur 6 canots. Vendredi dernier, les garde-côtes et des navires marchands étaient venus en aide à ce groupe de personne. Ce sont donc plus de 2500 personnes en moins de 72 heures qui ont été secourues.

Publicité

L'Italie ne peut accueillir autant de sinistrés. Le 7 février, un autre groupe de 330 personnes avait été porté disparu. L'augmentation des départs clandestins est liée à la grande incertitude en Libye.

Une situation qui fait peur aux autorités car non seulement la traversée de la mer est périlleuse, mais en plus les conditions dans lesquelles les migrants le font sont inhumaines. Parmi eux on retrouve souvent des femmes, parfois enceintes, des mineurs sans leur parent. La plupart d'entre eux proviennent d'Afrique sub-saharienne et espèrent une vie meilleure que beaucoup n'auront pas la chance d'entrevoir ! #Immigration