A la fin du mois de novembre passé, deux activistes communistes moldaves ont été arrêtés. Pavel Grigortchuk et Mikhaïl Amerberg sont connus pour leur engagement #Politique, leur lutte contre la résurgence fasciste et leur scepticisme face au pouvoir antipopulaire de Moldavie. Ils sont toujours détenus. Il est évident qu'ils sont sous les verrous suite à une décision politique.

Suite à cette décision, les procureurs moldaves peuvent être comparés à la sinistre gestapo, qui arrêtait des activistes de la société civile en débarquant chez eux. Ces arrestations ne sont basées sur rien de concret, la police n'a rien trouvé d'illégal chez les activistes.

Publicité
Publicité

Pavel et Mikhaïl ne font rien d'illégal. Pourtant, ils ont été arrêtés pour appartenance à une organisation criminelle et préparation d'actes terroristes.

Les procureurs se sont rendus compte de la stupidité de ces accusations. Ils ont alors tenté de trouver de nouvelles raisons de garder sous les verrous Pavel Grigotchuk et Mikhaïl Amerberg. Mais même avec de nouvelles accusations, la police n'a pas réussi à produire la moindre preuve crédible.

La femme de Mikhaïl est enceinte. Mais le procureur ne pense pas qu'il s'agit d'une raison suffisante pour que le prisonnier politique quitte sa cellule, ne fut-ce que pour purger sa « peine » à son domicile.

Les nouvelles autorités moldaves aspirent à rejoindre l'Union Européenne, tôt ou tard. Mais malheureusement, elles établissent actuellement un Etat policier où des hommes sont emprisonnés pour leurs convictions politiques.

Publicité

Les représentants de la société civile, les citoyens et les médias soutiennent activement Pavel et Mikhaïl. Des fonds ont meme été récoltés pour faire parvenir à ces prisonniers politiques des vivres.

Il est évident que l'arrestation d'activistes citoyens et anti-fascistes est une machination politique destinée à faire taire ceux qui dérangent le pouvoir en place. La lutte contre le fascisme n'est pas un crime ! Liberté pour les prisonniers politiques !

Article rédigé en russe par Aleksandr Roshko, activiste communiste moldave. Traduction par Adrien Koutny.