BLASTING NEWS. Comment êtes-vous devenu tireur d'élite ?

Sasha : Je sers l'armée depuis peu. Je l'ai fait un peu par défaut. Je voulais un emploi au début. Puis je me suis entraîné deux années au tir d'élite au sein d'un camp de l'armée ukrainienne, situé dans le centre du pays. Nous nous exercions sur un emplacement vague afin d'éviter les identifications. Aujourd'hui, je travaille entre Debaltseve et l'aéroport de la ville où l'armée a placé son État-major. Les affrontements n'y ont jamais cessé depuis l'accord Minsk II. Les attaques restent quotidiennes.

BLASTING NEWS. N'est-ce pas trop difficile d'envisager une vie de famille ?

Sasha : Je vis avec ma copine.

Publicité
Publicité

Nous sommes ensemble depuis un an. Mais nous ne nous sommes pas engagés. J'ai très peu de temps personnel. Je ne sais pas trop ce que ça fait d'être sniper en guerre. Ça va se concrétiser très bientôt. Rien n'est encore sûr. Ce que je peux dire, c'est que je ne veux pas mourir. Je vis au jour le jour. On ne sait pas ce qu'il peut se passer. Les bombes pleuvent. Certains camarades rentrent, d'autres non.

BLASTING NEWS. Que pensez-vous de la sortie du film American Sniper?

Sasha : Je ne l'ai pas encore vu. Mais après avoir vu le trailer, j'aimerais beaucoup. Pouvoir vivre l'expérience de Chris Kyle dans le film doit être fort. Je n'imagine pas encore vivre ça. Je ne suis pas un sanguinaire. Mais j'aime mon pays. Je suis fasciné par l'esprit patriotique. Je respecte ceux qui se battent pour défendre une cause.

Publicité

Et je défendrai mon pays jusqu'au bout. #Russie #Ukraine #Interview