Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a publiquement accusé #Vladimir Poutine, d'être un « tyran du milieu du 20ème siècle ». Il en a ajouté disant que « ce dernier doit ajuster son comportement en fonction de l'économie en déclin de la Russie ».

Depuis les sanctions économiques prises par l'Union européenne contre la Russie, il est vrai que le rouble pique du nez. Le président russe est sous pression, mais il ne semble pas affecté par la perte de valeur de sa monnaie nationale.

Sur Skynews, Philip Hammond a cependant insisté que " les Britanniques ne comptait pas fournir l'#Ukraine en armes... pour le moment ".

Publicité
Publicité

Il n'a pas fermé la porte non plus à cette possibilité indiquant que « la position du Royaune-Uni pourrait changer ».

Philipp Hammond a souligné dans son entrevue que « Vladimir Poutine avait envoyé des troupes et qu'il avait transgressé une frontière internationale. Au 21e siècle, cela ne se fait plus. Nous ne sommes plus au milieu du 20ème siècle. » Il a insisté sur le fait que le monde est régi par des lois qui s'appliquent à toute la communauté internationale et que la Russie en fait partie. « Nous ne pouvons avoir des manières aussi scandaleuses aujourd'hui », disait M. Hammond.

Le Britannique a donné sa façon de penser à trois jours du sommet qui réunira la France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine pour une ultime tentative de mettre fin à un conflit jusqu'ici très ensanglanté.

Publicité

Plus de 5500 morts et le compte continue de grandir comme l'ont montré les frappes des rebelles à Debaltseve samedi dernier.

Philip Hammond a insisté que la solution à ce conflit ne peut pas être militaire affirmant que "l'Ukraine ne pouvait rivaliser avec l'armée russe ". Ainsi, « Vladimir Poutine doit changer sa perception des choses et revenir à la table politique avec une réelle intention de sortir de ce conflit insensé. Ses actions en Ukraine auront des conséquences économiques. Il doit le comprendre ». Ainsi, les Britanniques laissent sous-entendre de futurs sanctions économiques contre le tsar russe et sa patrie.