Il est vrai que toutes les personnes ayant commis des gestes ignobles doivent répondre de leurs actes et en assumer les conséquences. Mais plus de 70 ans après les gestes, un procès est-il réellement justifié? C'est la question que l'on peut se poser avec le témoignage d'Oskar Groening qui fait face à plus de 300.000 chefs d'accusations pour complicité de meurtres. L'ancien sergent SS des nazis donne des détails sur les opérations d'épuration ethnique des nazis qui font peur.

L'homme était à #Auschwitz de mai à juin 1944. Une période pendant laquelle 300.000 juifs des 425.000 vivant en Hongrie ont été envoyés aux chambres à gaz du camp d'extermination.

Publicité
Publicité

Oskar Groening raconte que « très régulièrement, les juifs devaient attendre dans les trains qui faisaient la file avant de simplement marcher vers la chambre à gaz ». Selon lui, qui a eu trois affectations à Auschwitz-Birkenau, là où était le four crématoire, 5.000 personnes étaient abattues chaque jour.

L'homme de 93 ans est forcé de retourner dans ses souvenirs et raconte des histoires différentes des témoins juifs. Il insiste sur le fait « que tout était très ordonné à Birkenau ». Les familles juives ont raconté que les arrivées étaient fait « dans un environnement chaotique avec des chiens jappant et des gardes criant à tous les prisonniers ».

« Je suis moralement coupable »

Oskar Groening a reconnu sa culpabilité morale. Mais, est-il criminellement responsable de ses gestes dans le contexte historique? C'est au jury d'en décider.

Publicité

S'il était déclaré coupable, il pourrait écoper de 15 ans de prison. L'homme est âgé de 93 ans. Le comptable de Auschwitz est sur le siège des accusés 70 ans après des gestes où la propagande nazi était très forte. Peut-on le blâmer d'avoir suivi Adolf Hitler dans ce contexte? C'est là la complexité de l'affaire.

Les victimes survivantes sont heureuses que l'homme ait accepté de témoigner. Mais plusieurs mentionnent qu'il ne raconte pas tous les détails. Il a 93 ans, a-t-il oublié des parties de l'histoire? Fort probablement. La mémoire est très sélective dans ce type de situation. Ce procès est le procès phare qui permettra d'établir si tous les soldats ayant travaillé dans les camps de la mort peuvent être tenus responsables criminellement de leurs gestes. #Union Européenne #Allemagne