La dernière affaire en date a été révélée par les médias américain et allemand The Intercept et Der Spiegel. Documents confidentiels à l'appui, les équipes de journalistes ont pu prouver que l'Allemagne abrite aujourd'hui l'un des plus grands centres du programme de drones américains dans le land de Rhénanie-Palatinat. Les officiers américains peuvent donc piloter et contrôler leurs drones survolant le Moyen-Orient depuis la base de Ramstein, au sud-est du pays. C'est cette même Allemagne qui, le 31 mars dernier, a signé un accord avec la France pour rejoindre un programme de satellite espion.

Des rapports qui confirme les tensions présentes en Europe ? Depuis l'éclatement du conflit ukrainien, les exercices militaires semblent se multiplier dans d'autres pays d'Europe.

Publicité
Publicité

Les dissensions entre les membres de l'OTAN et la #Russie ne sont même plus palpables, mais bien réelles. Fin avril, près de 300 parachutistes américains ont été déployés dans l'est de l'Ukraine afin d'entraîner les soldats ukrainiens qui souhaitent poursuivre leurs combats contre les séparatistes.

D'après le Sipri (Institut international de recherche sur la paix de Stockholm) et son notable classement des dépenses militaires en 2014, la France, la Grèce et le Royaume-Uni auraient dépensés près de 2,2 % de leur BIP en investissements militaires l'an dernier. Pourtant, il semblerait que l'ensemble des pays de l'OTAN ait dépensé moins d'argent dans le réarmement depuis 2011. La question du réarmement militaire en Europe se pose plus facilement qu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale où la République Fédérale d'Allemagne avait consulté ses partenaires européens pour lever une nouvelle armée contre la menace soviétique.

Publicité

L'armée russe à la fête

Aujourd'hui du côté russe, l'on semble plutôt fier du renouveau militaire engagé pour l'armée de Moscou. Demain, 9 mai, sera célébré le Jour de la Victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie. Un défilé qui permettra aux invités de Vladimir Poutine de passer en revue les nouveaux équipements militaires russes dont il n'est pas peu fier. Près de 16 000 soldats défileront sur la Place Rouge, sous les yeux de 68 dirigeants étrangers.

D'ici 2020, « la Russie aura renouvelé l'armement des forces stratégiques nucléaires à 100 % », déclarait en septembre dernier Dmitri Rogozine, vice-président russe. Selon lui, en 2014, la Russie aurait dépensé près de 60 milliards de dollars dans le réarmement militaire « pour permettre à l'armée d'être transférée vers n'importe quel théâtre d'hostilités ». D'après l'étude réalisée par le Sipri, les dépenses du ministère de la Défense russe s'élèvent, en 2014, à 4,5 % du PIB (contre 3,3 % en 1999), c'est-à-dire plus de 84 millions de dollars. #Union Européenne