Quelque soit les conséquences du NON de la Grèce, les données Européennes vont changer. Le droit à l'auto-détermination prend le pas sur l'unification des états membres dans le domaine économique.

On ne peut pas exiger des membres de l'Union des plans d'austérités communs, dès lors que l'on ne prend pas en compte les diversités locales de chaque pays. C'est la première leçon que l'on peut tirer de ce référendum.

Si la Grèce a incontestablement besoin de solidifier son PIB par rapport à ses besoins économiques, les plans de réductions des déficits du FMI et de la banque centrale Européenne doivent immanquablement passer par des réalités de terrain.

Publicité
Publicité

Depuis plusieurs années, les dirigeants Européens combattent les "paradis fiscaux ", où la fraude, le blanchiment d'argent sont des tangentes pour accentuer le taux de profit des grosses entreprises, voire des multinationales. Ce n'est pas un secret de dire qu'une partie des îles helléniques accueillent un grand nombre d'armateurs sous ce couvert.

La Grèce a, me semble-t-il , raison de penser qu'il existe d'autres solutions que la pressurisation imposée par Bruxelles et le FMI sur son peuple.

C'est un événement. Un revirement de situation, qui affaiblit la Banque Centrale Européenne et le FMI , qui, au demeurant, pensaient que la contrainte de l'austérité était la seule alternative possible et que les peuples feraient "profil bas" !

L'Europe est loin d'en avoir fini avec les contradictions et les soulèvements populaires.

La victoire de Podémos en Espagne, dans les trois plus grandes villes hispanique est une alerte à une hégémonie quasiment dictatoriale d'une souveraineté Européenne , qui place l'évolution de l'économie des états avant la situation sociologique des pays.

Publicité

Tous les états des pays membres ne ressemblent pas à l'Allemagne, au Royaume Uni ou à la France sur le plan économique. Et encore....attendons le référendum prévu en Angleterre en septembre !

Il va donc falloir que Bruxelles mette de l'eau dans son vin , que Madame Lagarde révise la géo-politique occidentale, qui ne place pas les 27 membres de l'Union dans un système commun d'économie libérale.

Sinon, la liberté de contester sera plus grande que celle de se résoudre. #Union Européenne