Depuis que la France est décriée pour ses aides sociales avantageuses, ce qui favorise la venue de certains migrants qui profitent du système, regarder le problème différemment mérite de s'y arrêter quelques instants. Et si la France ne faisait plus rêver les immigrants ?

Le point de départ de ce constat est l'envoi en #Allemagne d'agents de l'Ofii (Office français de l'#Immigration et de l'intégration ) pour soulager le pays de la chancelière Merkel des arrivées massives de populations étrangères. Le but de l'opération était de faire venir ces personnes en tant que réfugiées, ce qui leur permet en France d'avoir une carte de séjour de 10 ans ainsi que des papiers pour les enfants mineurs et le conjoint, et également l'accès à un travail.

Publicité
Publicité

Or le constat de cette promotion est plutôt décevant puisque seulement 600 migrants ont décidé de rejoindre l'hexagone depuis le début de cette année.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Tout d'abord les démarches administratives qui prennent en moyenne 9 mois sauf pour les populations médiatisées qui voient leur demande accélérée… Et surtout pendant ce temps les candidats ne peuvent travailler.

Deuxièmement le taux de chômage français qui avoisine, rappelons le, les 10 %. Or outre-Rhin ce taux est plus faible puisque à un peu moins de 7 % (6.9% exactement).

Troisièmement, la population syrienne n'est pas très présente en France donc les exilés préfèrent rejoindre de la famille ou des connaissances pour pouvoir s'établir quelque part. Là aussi l'Allemagne est privilégiée car les syriens sont plus nombreux, ce qui favorise l'insertion des nouveaux arrivants.

Publicité

Que deviennent les exilés ?

Dans l'hexagone ils sont accueillis dans des centres, mais d'autres sont logés chez l'habitant, le temps de recevoir les papiers (soit 9 mois en moyenne comme dit ci-dessus) mais après ils sont « abandonnés » dans la nature. Une bonne partie se retrouve donc dans des squat ou carrément dans la rue. Une chose assez étonnante que nous rapporte un responsable d'une association d'aide aux réfugiés : les migrants communiquent entre eux via Facebook ou Whatsapp. On se demande comment ils font, puisqu'ils ne peuvent travailler le temps d'avoir des papiers...

Toujours est il qu'ils se préviennent les uns les autres des conditions d'accueil des pays, la France ne sera donc pas bien placée contrairement à l'Angleterre ou à l'Allemagne.

Quelles sont les origines des migrants demandeurs d'asile en Europe ?

Première surprise pour la France, ce ne sont pas les maghrébins ni les africains de manière générale mais… les kosovars. Résultat partagé avec l'Allemagne et la Hongrie.

Publicité

Côté anglais (Royaume-Uni et Irlande) ce sont les pakistanais qui arrivent en tête des demandes alors que dans les pays nordiques et l'Espagne il s'agit des syriens.

Pour finir, les ukrainiens vont plus dans les pays frontaliers comme la Pologne.

Le chiffre de la fin

Conséquence directe de ce constat : l'hexagone a reçu 65 000 demandes d'asile (comme en 2014) alors qu'outre-Rhin c'est carrément 1 million.

 

Et vous, seriez-vous prêt à accueillir des migrants chez vous ?

 

 

 

  #Union Européenne