Après la Finlande, les Pays Bas et la Belgique, c'est au tour de l'Irlande de retirer les pièces de 1 et 2 centimes d'€uros du porte monnaie de la population. En douceur, certes, avec un savant mélange d'arrondissement des prix.

Mais l'argumentaire de ce retrait est plus qu'étonnant. A cent lieues de la volonté du peuple, c'est le coût de production des pièces qui l'emporte. Selon le journal "The gardian" , la banque centrale d'Irlande estime le prix de revient de la frappe des pièces de 1 centime à 1,65 centime, celle de 2 centimes à 1,94 . Ainsi, la fabrication de ces deux pièces aurait coûté à la zone Euro , entre 2002 et 2013, 1,4 milliards d'Euro .

La commission Européenne n'a pas constaté une hausse des prix dans les pays qui, antérieurement, ont supprimé cette "petite monnaie". Constat sur lequel on peut émettre des doutes, tant la grande institution est une nébuleuse dans le domaine économique. Elle évoque depuis deux ans déjà la suppression de ces deux pièces. Il n'est donc pas superfétatoire d'imaginer que son obsédante harmonisation des pays de la zone la pousse à généraliser cette disparition !

Pour l'heure, la France souhaite conserver sa "menu-monnaie" . On comprend bien pourquoi . L'appauvrissement de certaines classes sociales, le fort pourcentage du taux de chômeurs et la stagnation des salaires font courir le risque d'une inflation. 

Même si "l'arrondi" d'un prix se fera uniquement sur le paiement en liquide, en prenant un exemple, on mesure mieux ce que cela pourrait nous coûter: Une baguette de pain à 0,78 € qui passe à 0,80€ et que l'on achète 300 jours par an, cela fait 6 € de plus à dépenser. En calculant sur les milliers de prix des produits du quotidien finissant par xx,99 €, Nous avons une vision assez précise des conséquences de "l'arrondi". 

Des arrondis qui ont été définis comme suit : 1,31 € = 1,30 ; 1,32 € = 1,30 € ; 1,33 = 1,40 € ; 1,36 € = 1,30 € ; 1,37 € = 1,30 € ; 1,38 € = 1,40 € ; 1,39 € = 1,40 €.  Un savant calcul donc, qui donne bien des marges aux spéculateurs et autres personnes bien intentionnées .  

Et oui....Un sou c'est un sou......La France souhaite conserver sa "menu-monnaie" #Finance