Dans quelques jours, le coup d’envoi de la quinzième édition de la coupe d'Europe des nations sera donné à Paris au stade de France. Le tableau que nous présente la France, à l’approche d’un événement d’une telle envergure, n’est pas tout à fait rassurant. De part et d’autre, des mesures plus ou moins drastiques sont annoncées. Citons entre autres : la diminution des fans zones, la suppression des écrans géants à l’extérieur des stades, et la fouille systématique des supporteurs.

 

Parallèlement, pour le Tour de France qui aura lieu, pour sa part, en Juillet prochain, 23 000 gendarmes, ainsi que le GIGN, seront déployés tout au long du parcours, et ont pour ordre de se tenir prêts à intervenir si cela devait s’avérer nécessaire, selon les propos du ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve. Cela ne fait pas de doute que les séquelles de l’attentat du 13 Novembre dernier sont bel et bien présentes dans la tête des Français ; désormais on ne peut plus parler de sport sans parler de sécurité.

 

Sur quoi les supporteurs devront mettre le focus ?

 

D’un autre coté, on peut se demander si ces mesures ne constitueront pas une entrave pour le déroulement de l’Euro quant à l’ambiance qui est censée y régner. Le ballon rond rassemble incroyablement de gens. Cela ne fait-il pas partie du spectacle ? Un clásico, ne serait-il pas moche dans un stade pratiquement vide ? D’habitude, chaque sélection nationale traîne derrière elle des milliers de supporteurs, et nous savons combien les capacités des stades sont relativement limitées quand il s’agit de ce genre d’événement. Donc, la suppression des fans zones aura une mauvaise répercussion sur ces fans, qui seront forcés de suivre la prestation de leur équipe favorite à partir de leur téléviseur. Et même si des fouilles systématiques sont prévues (ce qui risque d’être fort ennuyeux), les récents événements qui sont survenus lors de la finale entre le PSG et l’OM nous exhorte à ne pas nous y fier aveuglément.

 

Entre spectacle et sécurité, le choix n’est pas si évident. Des deux côtés, le mal semble infini pour la France. Les difficultés ne sont donc pas des moindres. Le pays hôte se voit dans un carrefour où il se doit d’offrir aux amoureux du foot et un vrai spectacle et de la sécurité dans un contexte hors du commun. Quand une seule et même compétition réunit des stars comme Ronaldo, Griezman, Iniesta, Thomas Müller etc.  Il y a de quoi se demander si on doit se donner à fond au spectacle, ou bien ferait-on mieux de nous surveiller avec nos voisins qui sont susceptible de se faire sauter à tout instant. 

 

#Football #Paris politique #Daesh