Si pour l'heure avec le Brexit, les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ne sont pas encore palpables, près de trois mois après le référendum, à #Bruxelles, plusieurs ressortissants britanniques installés dans la capitale des institutions européennes ont sollicité les administrations communales respectives de leurs résidence, pour l'ouverture de la procédure de demande de nationalité belge. Le 24 Juin dernier, le camp du Leave, en faveur de quitter l’Union européenne, avait remporté le référendum.

Publicité

Les Britanniques avaient ainsi voté à 51,9% des voix pour sortir de l’Union européenne, contre 48,1% pour rester, selon les résultats définitifs publiés par la commission électorale. Un vote qui, s'il est encore prématuré d'évaluer ses conséquences, se fait déjà ressentir au niveau des ressortissants britanniques de Bruxelles.

Publicité

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes

Selon plusieurs médias locaux du royaume de #Belgique,  les britanniques, qui sont 8500 à vivre à Bruxelles, songent de plus en plus à leur avenir. Plusieurs d'entre eux, afin d'assurer leurs arrières parce que vivant et travaillant à Bruxelles, se sont rapprochés de leur administration communale pour solliciter une demande de naturalisation belge. Selon les chiffres du Service public fédéral de justice la semaine dernière, en tout, au moins 188 dossiers de naturalisation ont été déposé ces trois derniers mois dans la région bruxelloise..

Publicité

 

Le round-up dans certaines communes bruxelloises

La même source renseigne que pour la commune d'Uccle, 50 dossiers ont été formellement introduits depuis le #Brexit. A Evere, 10 Britanniques ont lancé les démarches de naturalisation, pour 120 Britanniques régulièrement inscrits dans la Commune. Selon un fonctionnaire de l'administration communale de Saint-Gilles, on enregistre 35 dossiers déposés au service de nationalité. A Bruxelles, sur une population Britannique de 1500 personnes, 19 d'entre elles ont introduit des dossiers de naturalisation complets. 17 personnes ont ouvert des dossiers de naturalisation à Etterbbek, 10 à Woluwé Saint-Lambert et Woluwé Saint-Pierre, 10 à 1000 Bruxelles, 8 à Watermael-Boitsfort, 2 à Jette, 10 à Forest, 10 à Schaerbeek,... Ces chiffres sont impressionnants, nous confie Julien Manneau, fonctionnaire au ministère de l'intérieure belge. Pour ce dernier," le destin professionnel du millier de fonctionnaires britanniques travaillant pour les institutions européennes, notamment à Bruxelles, semble également plus incertain que jamais. Ils ne peuvent que songer à acquérir une seconde nationalité européenne, notamment belge" conclue t-il. A méditer.