La célèbre basilique San Benedetto de Norcia est effondrée, Castelluccio est dévastée, diverses localités des Marches et d’Ombrie ont de nouveau été ravagées. Le tremblement de terre de magnitude 6,5 et d’une profondeur de 10 km environ a été ressenti à 07:40 ce dimanche. Cette région, qui comprend Amatrice, dans le Latium, partiellement détruite le 24 août dernier (le bilan est de 298 morts), avait déjà subi, cette semaine, le 26, une série de séismes destructeurs, ayant pour épicentre Castsantangelo (10 km au nord d’#Amatrice), peu meurtrier mais ayant fait de très nombreux blessés. C’est de nouveau le cas avec ce dernier #Séisme, ressenti de nouveau de Rome à l’Autriche, mais qui a été encore plus destructeur. Des campements de tentes ont été rouverts. Beaucoup de villages ayant été précédemment évacués, on ne compte encore que de nombreux blessés. Mais les dégâts matériels sont considérables, et des monuments historiques comme la basilique San Benedetto sont totalement détruits. Des quartiers entiers de Norcia sont sous les décombres. Plus de 100 000 personnes ont besoin d’aides.

Preci, ville fantôme

La ville de Preci avait déjà été secouée le 26 dernier. C’est désormais une ville morte, vidée de tous ses habitants. Presque tous les immeubles restés debout sont fissurés. Il en est pratiquement de même à Castellucio di Norcia dont la partie supérieure est à terre : les routes sont coupées, la cathédrale détruite. Norcia elle-même compte neuf grièvement blessés, Tolentino un autre, et les hôpitaux ont été submergés. Tolentino disposait déjà d’un centre d’accueil, il faudra en ouvrir deux autres. Ce bilan reste provisoire car les secours spécialisés en intervention en montagne tentent de rejoindre de nombreux villages en altitude. À Accumoli, les ponts se sont soulevés d’au moins 20 cm. Cascia est aussi frappée. De nombreux trains ont été détournés ou annulés car d’autres glissements de terrain restent à craindre. Depuis 1976, on recense pas moins de 14 séismes d’importance en #Italie, celui de 1980 s’étant soldé par plus de 2 900 morts… Il y a eu bien sûr à chaque fois des répliques de moindre magnitude (entre trois et quatre), plus d'une dizaine cette fois. D’heure en heure, l’ampleur des dégâts s’étend. Pescara, Visso, Ussita, Sarnano… La liste est longue. Dans Rome, les zones critiques restent étroitement surveillées… Aux destructions s’ajoutent les coupures d’électricité, les ruptures de canalisations d’eau potable, &c. La presse italienne donne de nouvelles informations en temps réel sur les dégâts. Ainsi, à 18 heures ce dimanche soir, l’attention se tournait vers Recanati (22 000 h), célèbre pour ses instruments de musique (de marque Eko), ville natale du poète Giacomo Leopardi (†1837) : une profonde fissure traverse la localité. De très nombreux dommages sont irréversibles et divers bâtiments, dont des casernes de carabiniers, seront abattus. Heureusement, les dommages subis par les hôpitaux sont de moindre importance. La zone la plus touchée s’étend sur une trentaine de kilomètres depuis Accumoli (Rieti, Latium) jusqu’à Visso (Marches). À Norcia, les quatre-cinquièmes des habitants (env. 5 000) ont été évacués vers des refuges. C’était l’un des plus beaux bourgs italiens, célèbre pour ses dix monuments historiques dont le Tempietto (1354). Des norias de bus évacuent les habitants de nombreuses localités.