Angela Merkel, chancelière allemande, décide de se mettre fin aux négociations Bruxelles et Ankara concernant l’adhésion de la #Turquie à l’Union européenne. Merkel énonce sa décision devant les membres du parti l’Union chrétienne-démocrate, rapporte donc les médias allemands, et par la suite les agences de presse. Le discours de Merkel s’est basé sur le refus des négociations stériles par rapport à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. La décision de Merkel s’avère être partagée par de nombreux politiques et une bonne partie des Etats membres de l’Union européenne, dénonçant par la même occasion le changement du positionnement du président de la Turquie depuis le putsch avorté du 15 juillet 2015.

Publicité
Publicité

Le meneur du Parti pour la justice et le développement a prononcé de manière radicale sa décision de licencier et de mettre à l'écart plusieurs milliers de fonctionnaires, soupçonnant fortement leur implication au dernier coup d'état, qui a eu lieu à cette date.

La décision "démesurée" du parlement européen

De ce fait, le parlement européen a prononcé le 24 novembre écoulé une solution peu convaincante, qui est de suspendre les négociations entre Bruxelles et Ankara en raison de la crise migratoire européenne, ce qui n’a pas laissé indifférents les dirigeants turcs provoquant chez eux une colère incontrôlable, niant par la même occasion cette décision prise et sa fiabilité. Le discours de longues dates sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne est devenu un jeu, pas très amusant, mais devrait prendre fin un jour.

Publicité

En attendant que les deux parties se mettent d’accord, beaucoup de conflits devraient s’éclairer afin que les négociations reprennent ou s’arrêtent définitivement. D'un point de vue culturel, la Turquie n'aurait pas sa place dans l'Union européenne. Plus de 60% des sondés européens considèrent que les différences culturelles entre les deux parties sont très importantes, ce qui empêchera fortement son adhésion. La situation est encore en état de débat, mais rien ne dit que les positions de l'un ou de l'autre peuvent changer. #Politique