Anis A., 21 ans, avait été signalé au parquet fédéral allemand et au centre national de contre-terrorisme par le ministre de l’Intérieur du Land du Rhin-Nord Westphalie courant novembre dernier. Il a emprunté diverses identités et les documents de l’une d’elle ont été retrouvés sous le siège du camion polonais qui a foncé dans la foule berlinoise lundi dernier. Le Pakistanais, Naved B., appréhendé après avoir fui la scène de la tuerie,a été relâché. Mais était-ce bien Anis A. qui a tué le chauffeur polonais avant de lancer le camion et ses tonnes de cargaison à travers le marché de Noël ? Toujours est-il que le jeune tunisien est activement recherché en Allemagne et à travers toute l’Europe et que la Tunisie enquêtera sur sa famille et ses proches restés au pays, près de Tataouine, à proximité de la Libye. Le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maiziere, a déclaré que ce suspect était traqué mais qu’il ‘’n’était pas nécessairement l’agresseur’’. Il n’en constitue pas moins une vraie piste puisque son signalement le mois dernier laissait prévoir qu’il se préparait à commettre un #Attentat*. Si ce n’est celui du marché de Noël, ce peut en être un autre…

En situation irrégulière

Anis A. avait vu une demande d’asile rejetée mais, comme tant d’autres réfugiés repoussés, il n’avait pas été reconduit dans son pays. Une rafle imminente se prépare visant les milieux salafistes de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Ce Land s’étendant de Münster à Bonn en passant par Cologne, est frontalier de la Belgique (province de Liège), et des Pays-Bas, l’essentiel des échanges passant par Aix-la-Chapelle ou Maastricht. On se souvient que Liège avait été le théâtre d’une tuerie commise le 13 décembre 2011, déjà aux abords du marché de Noël, par Nordin Amrani, un Marocain. Le bilan avait été de huit morts et 125 blessés. Le 30 juillet dernier, sept perquisitions ont été menées à Mons et Liège et Nourredine H., un Liégeois, fut inculpé. Il avait auparavant effectué de nombreux déplacements en Europe et au-delà. La Wallonie constitue une base arrière pour de nombreux djihadistes et à Charleroi, l’agression de deux policières, le 7 août dernier, avait été revendiquée par Daesh. Des menaces ont été reçues hier visant Mons où se tient le ‘’Doudou’’ (la ducasse, le grand rassemblement festif local). Anis A. vivait à Clèves et Emmerich, à proximité de la frontière néerlandaise, mais s’était établi à #Berlin en février.

Nouvelle loi sur la sécurité

Le parlement allemand a voté hier une nouvelle loi sur la sécurité intérieure. Elle prévoit l’extension de la vidéosurveillance dans les lieux publics et les transports ainsi qu’un allègement des mesures relatives aux écoutes téléphoniques. Des mesures de protection des données policières devraient suivre. Le site de la police fédérale (la BKA) avait ouvert un portail destiné à recueillir des informations après l’attentat de Berlin. Ce portail a été la cible d’attaques invasives de hackers mardi, entre cinq et huit heures du soir. Il semble que l’attentat du marché ait pu être improvisé. Le conducteur du Scania, Lukasz Urban, avait signalé à son cousin et employeur qu’il n’avait trouvé à se garer que dans un quartier peuplé majoritairement de musulmans. Vers 16 h, lundi, le GPS a enregistré des manœuvres insolites du camion. On ne sait si Anis A. (ou tout autre) a pu agir seul ou si le camion (ou le conducteur remontant à son poste après avoir acheté un kebab) fut assailli par l’agresseur ou plusieurs personnes dont Anis A., alias Amhad Z. ou Mohammed H. et quatre autres pseudos. The Telegraph, Bild et WProst (Pl) ont diffusé des photos présumées correspondre à celles de ce suspect tunisien… #Anis A.