Depuis quelques années, les thérapies alternatives telles que la chromothérapie, l'arthérapie ou la musicothérapie rencontrent un franc succès auprès des patients stressés. On peut y adjoindre désormais la "chathérapie", voire la "ronronthérapie" et c'est loin d'être  là une blague de potache!

En effet certains thérapeutes hospitaliers considèrent le ronronnement comme un son si apaisant qu'ils en ont conclu qu'il peut venir à bout des insomnies les plus rebelles! Fini les somnifères ou les drogues en tous genre avec leur kyrielle d'effets secondaires car le ronronnement du chat est la clé qui résout bien des maux.  Le ronronnement demeure une énigme scientifique non résolue à ce jour et d'aucuns pensent qu'il résulte du bruit provoqué par les mouvements sanguins dans la veine cave, d'autres supputent que c'est la contraction rapide des muscles du larynx et du diaphragme du chat qui entraînent la vibration des cordes vocales..

Quoiqu'il en soit , on s'est aperçu que la présence du chat dans les hôpitaux ou les maisons de retraite contribuait au bien-être des patients ou des résidents qui devenaient plus calmes et plus souriants. C'est dans ce même esprit de sérénité retrouvée que les célèbres bars à chats japonais ou "Nekocafés" (Neko signifiant chat en japonais) sont devenus très populaires en Europe où ils essaiment dans bon nombre de pays et de grandes villes.

L'un de ces bars ou cafés à chats a ouvert récemment à Lyon sous le délicieux vocable de "Chamouraï" qui rencontre peut-être un écho dans notre imaginaire... Il  propose à sa clientèle une pause tendresse avec des chatons installés sur les genoux que l'ont peut câliner à volonté tout en dégustant une pâtisserie maison ou en sirotant une boisson de son choix. L'effet thérapeutique est garanti car si l'on en croit Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, le ronronnement du chat génère la production de sérotonine, l'hormone du bonheur qui permet à l'homme, comme chacun le sait, de reprendre du poil de la bête... #Animaux