C'est une belle leçon de vie que nous offre Priscilla Sitienei, une sage-femme d'origine kenyane. A 90 ans, elle a décidé de se prendre en main et s'est inscrite à l'école primaire de Ndalat (Kenya) pour y apprendre à lire et à écrire. Elle y entame cette année sa cinquième année d'étude. Là, elle est accompagnée de ses six arrière-petits-enfants, ainsi que d'autres enfants âgés de 10 à 14 ans. La chaîne britannique BBC lui a récemment consacré un reportage.

Une élève appréciée

La présence d'une nonagénaire à l'école reste une exception, mais dans son établissement, Priscilla est loin d'être mise à l'écart. Les autres élèves apprécient les histoires qu'elle raconte durant la récréation et la surnomme affectueusement « Gogo », ce qui signifie « grand-mère » dans le dialecte local. David Kinyanjui, instituteur, confirme que « Gogo » est très aimée : « elle joue beaucoup avec les autres élèves ». Parée de l'uniforme scolaire, Priscilla participe activement au rythme scolaire et suit avec attention tous les cours, que ce soit les mathématiques, l'anglais, le chant, le théâtre ou encore l'éducation physique.

« Je veux également inspirer les enfants, leur donner envie d'avoir une éducation »

Priscilla s'est tournée vers l'école primaire pour d'abord avoir la possibilité de lire la Bible grâce à l'apprentissage de la lecture. Mais les raisons de ce tournant sont plus profondes. L'arrière-grand-mère explique vouloir inspirer les jeunes, et remettre l'éducation au centre de leurs intérêts. Elle déplore également que « trop d'enfants plus âgés n'aillent plus à l'école, car eux-mêmes ont des enfants ». L'instruction est un enjeu capital au Kenya, où l'école publique primaire est gratuite. Toutefois, les uniformes, les chaussures et le matériel scolaire constituent des dépenses auxquelles de nombreux parents ne peuvent faire face. L'école publique secondaire, quant à elle, coûte environ un euro par jour et par enfant, un obstacle financier souvent insurmontable.

Record battu

La Kenyane est plus que probablement l'élève la plus âgée et détrône ainsi Kimani Ng'ang'a Maruge, lui aussi d'origine kenyane, qui fréquentait l'école à 84 ans. Ce dernier est décédé le 14 août 2009. Il s'était lancé en 2003, dans une école de la ville d'Eldoret, à l'ouest du Kenya, lorsque le gouvernement avait annoncé la gratuité de l'enseignement primaire. Maruge était devenu un modèle pour ses camarades, mais aussi et sûrement pour l'#Afrique toute entière. En septembre 2005, il prend l'avion pour la première fois afin de se rendre à New York, pour un sommet des Nations Unies, où il défendra l'efficacité et l'importance de l'enseignement primaire gratuit. Désormais, Priscilla détiendra ce record officiel du célèbre Guinness Book. #Ecole