Il y a dix ans déjà, cette enseignante berlinoise avait interpellé les consciences en mettant au monde son treizième enfant à 55 ans. Mais aujourd'hui, cette femme de 65 ans est en passe de battre tous les records!

Annegret Raunigk a dû se rendre à l'étranger pour avoir recours à un don de sperme et d'ovocytes puisque cette pratique est illicite dans la plupart des pays européens. Mais à ce jour, ce n'est pas seulement d'un enfant que la future mère est enceinte mais bien de quatre bébés qu'elle mettra au monde, si sa grossesse et son accouchement à très haut risque se déroulent bien!

Car les réactions du corps médical, notamment en France, ne manquent pas et s'accordent toutes pour souligner la folie de ce choix qui donne une piètre image de la #Médecine de reproduction. Annegret Raunigk est en passe de devenir l'une des plus vieilles mamans du monde...Mais à quel prix!

On pense à l'image d'Adriana Iliescu mettant au monde la petite Eliza Maria à 67 ans et à celle de son médecin davantage motivé par l'exploit médical que par l'éthique... Et on ne peut que s'interroger sur ce nouveau désir d'être mère à l'âge de la ménopause. Est-ce la peur du temps qui passe et l'approche inéluctable de la mort qui incitent les femmes à se reproduire de plus en plus tardivement?

Peut-on vraiment parler de désir légitime à résister à la cruelle horloge biologique ou de scandaleux caprice contre nature? Ces maternités tardives font débat mais dans le cas d'Annegret Raunigk, c'est d'un véritablement bouleversement sociétal qu'il s'agit!

Quoiqu'il en soit, la décision de cette femme et de ses médecins de porter les quatre embryons à un âge pour le moins avancé provoque la perplexité en Allemagne. Le journal allemand Bild, qui a publié un grand article sur ce sujet, dénombre de multiples réactions de lecteurs.

Une lectrice a fait le calcul et annonce que cette future mère, plusieurs fois grand-mère, aura 71 ans lorsque ses enfants intégreront l'école! On imagine le chamboulement des générations à l'intérieur d'une même famille et cette perspective ne manque pas de nous rendre dubitatifs! On pense également au philosophe Schopenhauer qui affirmait que chaque désir satisfait ne peut que nous laisser dans l'ennui ou avec un nouveau désir qui remplace le précédent...