Ce mois de juillet a vu la sortie très attendue du deuxième opus de #Conjuring, Conjuring 2 : le Cas Enfield. Réalisé par James Wan, il s’inscrit dans la lignée du premier en reprenant ses héros : les enquêteurs du paranormal Lorraine et Ed Warren, ayant véritablement enquêté sur cette affaire qui a été très médiatisée, en 1977. Comme pour Conjuring, l’inspiration se base sur une véritable histoire. En 1977, la famille Hodgson se retrouve victime de phénomènes paranormaux, qui semblent plus précisément l’œuvre d’un #Poltergeist (un esprit frappeur). A première vue du moins…

 Dans le film, les Warren pensent au départ se retrouver face à une affaire classique mais Lorraine (douée de capacités de médium) ne semble pas parvenir à établir si l’entité est démoniaque ou non. Le couple s’oriente alors sur la piste de Bill Witkins, un homme ayant habité la maison et qui parvient à prendre possession de Janet. La plus jeune fille des Hodgson concentre en effet autour d’elle les manifestations paranormales…

 Sachant qu’il s’agit d’une véritable histoire, que s’est-il réellement passé dans cette maison ? Les manifestations s’étalèrent sur plusieurs années, de 1977 à 1979. La première daterait d’août 1977 : alors que Janet et Johnny (son petit frère) dormaient, le lit se serait soudainement mis à trembler. Dès lors, les phénomènes se multiplient : bruits sourds, coups, meubles qui bougent…

 Peggy Hodgson, la mère de la famille, appelle alors la police mais celle-ci se retrouve démunie, sans pouvoir aider les Hodgson. Peggy contacte alors le Daily Mirror, un journal londonien, qui fait venir des journalistes sur place. Sous leurs yeux, des objets se mettent à léviter. L’histoire se répand dans les journaux et Enfield devient célèbre. La Society for Physical Research (la principale organisation de parapsychologie britannique) y envoie un enquêteur (Maurice Grosse), attirant les plus célèbres parapsychologues de l’époque, dont les Warren.

 Quelles conclusions pour les enquêteurs ? Deux avis divergent. Grosse comme d’autres membres de la SPR et des médiums conclurent à une manifestation paranormale et à la présence d’au moins une entité (Bill Witkins étant le plus communicatif). Les Warren, dont l’attitude a beaucoup été critiquée, ont conclu en faveur d’une possession démoniaque, leur spécialité.

 Mais d’autres enquêteurs ont montré que les jeunes filles, Janet et Margaret, appréciaient d’être au centre de l’attention et qu’il n’y avait plus de phénomène lorsqu’elles étaient dans un environnement surveillé, comme lorsque Janet passa quelques semaines dans un hôpital pour des examens.

Toute cette histoire ne serait-elle alors qu’un canular ? Possible. Les jeunes filles souffraient de l’abandon de leur père et auraient pu en profiter pour avoir de l’attention. D’ailleurs lorsque Grosse se désintéressa de l’affaire, les phénomènes cessèrent. Mais chacun est libre d’avoir sa propre opinion.

Quelle est la vôtre ?

Retrouvez ici d'autres histoires extraordinaires : http://fr.blastingnews.com/insolite/2016/07/le-cern-a-t-il-ouvert-une-porte-interdimensionnelle-00994395.html 

Et ici : http://fr.blastingnews.com/insolite/2015/11/died-in-house-mort-dans-la-maison-special-etats-unis-00644999.html  #FilmHorreur