Il ne figure pas dans le répertoire des panneaux de signalisation. Pourtant à Gan, dans le département des Pyrénées-Atlantiques au sud ouest de la France, un propriétaire a eu l'ingéniosité d'afficher à l'entrée de sa propriété un panneau blanc cerclé de rouge avec au milieu le dessin d'un homme en phase de déféquer. Le panneau complémentaire en dessous, quant à lui, informe les passants sur la présence de cameras de surveillance

 

Selon le site d'information La République des Pyrénées, qui publie en exclusivité ce matin cette information, il se pourrait qu'un couple de Néerlandais avait pour habitude de nettoyer l'entrée de leur propriété, car des personnes mal intentionnées s'arrêtaient devant son portail pour faire leurs besoins, transformant ainsi cette devanture en une véritable toilette clandestine.

 

Pourquoi le choix de cette devanture pour assouvir à ses besoins ? Tel que nous pouvons le voir sur la photographie du lieu incriminé, le paysage touffu avec des hautes herbes et des arbres non taillés constitueraient la cachette des auteurs de ces incivilités. Il semblerait que cette initiative d'affichage de panneau d'interdiction de déféquer porte déjà ses fruits car ce même couple s'estime satisfait.

 

Vivement que cet exemple porte ses fruits, surtout quand on sait que les actes d'incivilités ont pris de l'ampleur dans certaines villes voire la capitale française, où il n'est souvent pas exclu, en plein cœur de Paris, de voir certaines personnes s'arrêter en plein trottoir pour faire pipi sur les pneus des voitures en stationnement. Avis aux adeptes des incivilités, car on sait déjà que depuis quelques temps à Paris par exemple, les mégots de cigarettes, le pipi contre le mur, le caca de chiens non ramassés..., bref les actes d'incivilités coûtent à leurs auteurs des amendes de 68 Euros.

 

A Bruxelles, la capitale des institutions européennes en Belgique par exemple, des agents en tenues civiles sillonnent les rues pour verbaliser ceux qui jetteraient des mégots, papiers gras et autres déchets sur les lieux publics. Vivement que cela soit suivi par les autorités françaises.

 

Marseille, cet anti modèle pour les politiques urbaines

Le Président de notre République, tango oui, Valls non ! #Société