Vous souvenez-vous d’AOL ou Compuserve. Au siècle dernier, j’essuyai les plâtres de ces FAI en France, car disposant de comptes gratuits réservés aux journalistes. Outil de travail, donc, mais rendu incommode par le bavardage en ligne. J’ai "tout eu" de la part d’Étasuniens (alors, vers 1994, la majorité des Internautes). Depuis des demandes d’aides pour des devoirs scolaires, de traductions gratuites, jusqu’aux consultations type Madame Soleil (mes prédictions météorologiques), en passant par des questions ahurissantes ("dois-je changer en francs ou en écus ?" ; l’écu ou l’eku ayant été envisagé pour l’euro, adopté en 2000). La hantise du journaliste, c’est d’être dérangé en plein boulot par des appels d’intérêt minimal. Aussi, très peu pour moi, je ne vais pas communiquer mon numéro à #Atout France, agence de développement créée par le ministère du #Tourisme, pour qu’il soit consigné par le site Frenc# Number. Le site est en anglais, sauf quelques mentions du genre "vous vivez en France et souhaitez devenir ambassadeur téléphonique pour la France ?" (dans ce cas, téléchargez l’application).

 

Anonymat garanti

Votre numéro n’apparaît pas. Le +33 176 498 498 est le seul à figurer en gros (d’autres sont affectés aux appels depuis la Belgique, le Luxembourg, le Portugal, en attendant davantage). Ces appels sont répartis aléatoirement entre des bénévoles disposant d’un numéro de portable (histoire d’appréhender la réalité des décalages horaires, sauf à renseigner ses horaires de disponibilité). Les questions peuvent porter sur tout et rien : la mode, la politique, les fromages, les escargots et grenouilles, les châteaux de la Loire, etc..., suggère le site. On peut aussi vous "hameçonner" par SMS. L’argumentaire est bourré de clichés. Pas de réponse ? Normal : "Each and every Français, at 21 h, have ‘rendez-vous galants’ all around the country". Peut-être avec de belles étrangères, de sémillants allophones, tentez donc votre chance avant ou après (le "cinq à sept" n’est pas, bizarrement, mentionné).

 

Faible bilan

Depuis le 18 Juillet, il n’y a eu que 246 appels à ce jour, dont l’un provenait d’Albanie (et de 22 autres pays). Presque la moitié ont été émis par des résidents étrangers ou des touristes déjà sur le sol français. On ne sait si des pince-sans-rire, des prêcheurs salafistes ou autres évangélistes, des hôteliers-restaurateurs appâtant le chaland, des dragueurs ou des aguicheuses émoustillées, ont postulé. Mais en fait, quel que soit le devenir du site et sa fréquentation, Atout France est parvenu à faire reprendre l’info par, pour le moment, la presse et les médias anglophones. C’était sans doute l’objectif primordial. Pas mal joué, en fin de compte (bah, tout sera fonction du rapport budget/retombées médiatiques). La France n’est plus la championne mondiale du tourisme, la concurrence est dure, ni en nombre, ni en chiffre d’affaires (l’Espagne engrange 60 milliards d’euros contre 50 pour la France). Cette saison, du fait des grèves, des attentats, inondations, etc..., Paris et sa région ont subi une chute de 6 % de leur fréquentation. Bref, un "plan Orsec Tourisme" a été demandé. Le pompier-secouriste French Number s’est donc mobilisé. Atout France dispose d'antennes sur (presque) tous les continents (33, une seule pour l'Afrique ou l'Australie). L'agence publie des études, recrute des partenaires (hôteliers et autres), promeut des événements, organise des colloques  Elle a disposé, en 2015, de plus de 34 millions de subventions pour un CA de 35,5. Ses effectifs permanents sont de 356 personnes (plus stagiaires, mis à disposition).Le déficit s'est élevé à 1,6 million (notamment dû à 500 campagnes de com', l'invitation de 1 800 journalistes). 

 

Matthias Fekl, secrétaire d'État au Tourisme, résume : "le but, c'est d'atteindre 100 millions de touristes en 2020". Appâtés par des bénévoles ? Peut-être, un peu, pas beaucoup, mais espérons, passionnément. Au fait, et si on recrutait des Pokemons ? Aux couleurs de la Fraanceuh ! #publicité