La #Paella au chorizo, en Espagne, est réservée, surtout en Catalogne, aux touristes allophones sur les aires d’autoroutes. Ailleurs, en péninsule ibérique, c’est un tabou. Ne me demandez pas pourquoi, je fréquente l’Espagne depuis un demi-siècle, et je découvre à l’instant. Or donc, sur le site de Jamie Oliver, une recette de paella au chorizo et partout ailleurs un florilège d’invectives, de protestations, de trolls. Du chorizo dans la paella, allô, non mais, allô quoi ? T'es cuistot, tu mets du chorizo, dans la pael..c'est pour la rime ou quoi ?

Publicité

Oliver et Oliver

Cherchez, via un moteur, « Raymond Oliver » et « Catherine Langeais », vous allez mieux comprendre.

Publicité

Catherine fut la fiancée de Mitterrand, Raymond (†1990) et son fils, Michel, et sa fille, Stéphane (oui, prénom féminin), cuisiniers eux aussi, étaient les équivalents de Jamie (pas de lien de parenté directe). Jamie est (à la louche) mille fois mieux connu que Raymond. Car en ces temps reculés des Oliver français, peu possédaient l’étrange lucarne.

Couscous-merguez

La merguez, c’est Azoulay. Tout comme une ministre de la Culture, un Séfarade du Makhzen marocain, &c. La merguez, en Algérie, se mange avec du pain et de la harissa.  Le #Couscous merguez, c’est un plat de pieds noirs, pas vraiment berbère, un truc pour les Français à la fête de l'Huma. Tandis que la paella, c’est de la « balia » andalouse (al-Andalous) : les restes du repas de la veille, pour les domestiques. Figurez-vous qu’aux pays du couscous berbère (kabyle et autre) désormais, on en mange avec des merguez. Sans que cela fâche quiconque.

Publicité

Mais de la paella au chorizo, au pays des rois très catholiques, c’est la lastima (blessure, pitié, dommage…) ultima. Voire même en Amérique hispanophone. Au pays des Gaulois de Nicolas Sarkozy, l’outrage serait passé inaperçu. Mais il s’agit de #Jamie Oliver… Donc, ça « trolle » un max de Chez Max’s.

Fish & chips cane-aubergine

Le plus cocasse des commentaires assassins : « Ma version du fish and chips combine aubergines et canard. ». Plus drôle que « Chorizo out. Nous ne négocions pas avec les terroristes. Ultime avertissement. ». Le « chef nu » (naked, car sans toque) a vécu un backlash (retour de bâton) d’enfer. « Fais des chicken nuggets avec tes phalanges ». Je vous en passe… Il a fallu que José Ramón Andrés Puerta, natif de Mieres (Asturies), estadounidense y Outstanding Chef, en personne, vienne à la rescousse.

Publicité

Miriam González Durántez (épouse Nick Clegg, ex number two de Whitehall) s’est manifestée : « Ce n’est définitivement pas de la paella, mais et alors ? Jamie, on t’aime. ».

La paella, c’est quoi ?

La paloma (colombe), reviens. Dans l’alcazar, on mangeait du cygne, de la palombe, &c. Sauf que… Los Valencianos ont totalement capté la « balia » berbère et s’arrogent, tel un Sarkozy faisant de moi, Breton, un Gaulois (bon, un peu gallo sur les bords), la paternité du poêlon (son étymon). El generalissimo Franco (¡España Una, España Libre, España Grande!) en fit le plat national cristiano hispanico. Bon, alors, mon amie Gloria Casal y Lorenzo y &c. (une de la Cantábrico) me dit que si, alors que moi je lui dis ¡que no! Et elle me soutient que la « balia » est devenue la zarzuela dominicale en cassolette (la bouillabaisse d’une cane-cane-bière catalane ; elle en fumé, ou quoi ?). Lo siento. Là, je n'ai plus les mots. Mais où va-t-on ? Allons-nous nous fâcher durablement ? (À suivre)