Dans bon nombre de pays, retrouver son portefeuille égaré en terrasse d’un café bondé relève du doux rêve voire du miracle lorsqu’il s’agit de le retrouver intact. À #tokyo, métropole la plus surpeuplée au monde, c’est bien tout l’inverse qui s’y passe si on en croit une récente déclaration de la police tokyoïte. En effet, c’est au total 3.7 milliards de yens en liquide (soit environ 31 millions d’euros), qui ont été rendus à la police par d'honnêtes citoyens l’année dernière, et qui confirme en partie le classement de l’EIU (Economist Intelligence Unit), portant la capitale japonaise au premier rang des villes les plus sûres au monde. Une petite cagnotte des objets trouvés qui permettrait à la police de Tokyo de s’offrir le nouveau stade de l’Atlético de Madrid. L'accumulation de ce petit pactole s’explique par l’attachement des Japonais à l’argent liquide.

Publicité
Publicité

Pourtant avides de nouvelles technologies et de gadgets en tous genres, le règlement en espèces est encore aujourd’hui le moyen de paiement le plus utilisé au #Japon et il n’est donc pas rare de voir des japonais se promener avec une petite fortune dans leur portefeuille. Une petite fortune qui lorsqu’elle est égarée, se retrouve ainsi aux objets trouvés parmi des clés, des portables, des parapluies etc.

Les japonais sont-ils extrêmement honnêtes ou extrêmement distraits ?

La réponse est évidemment entre les deux. La criminalité à Tokyo est si faible qu’il y est coutumier de poser son Iphone sur une table pour faire savoir que la place est réservée lorsqu’on passe une commande au comptoir. Une absence de criminalité qui pousserait donc ses habitants à être plus facilement distraits.

Publicité

Cependant la faible criminalité n’est pas la seule explication à cette honnêteté sans bornes. Selon Toshinari Nishioka, professeur à l’université de Kansai, “Les écoles japonaises dispensent des cours de morale et d’éthique, durant lesquels les élèves sont amenés à imaginer les sentiments que peuvent éprouver leur prochain après la perte de biens ou d'argent", et expliquerait donc l'abondance d'objets trouvés à Tokyo. Sur les 3,7 milliards de yens rapportés à la police l'année dernière, les trois quarts ont été rendus à leurs propriétaires. Pour ce qui est du quart restant, que dit la loi ? Selon le droit japonais concernant les biens perdus, la loi exige que tout argent trouvé soit rapporté aux autorités et le bon samaritain sera récompensé à hauteur de 5% à 20% du bien retrouvé si le propriétaire le réclame. Le cas échéant, il sera entièrement versé à l'honnête homme (ou femme) après 3 mois. Qui a dit qu'honnête était synonyme de désintéressé ? #Insolite