Le choix d'un président de la République est une décision personnelle

Les élections présidentielles sont différentes des législatives, car aux présidentielles le choix est désormais lié à une personne et non à un parti, c’est devenu une question de choix personnel, est-ce qu’on est convaincu que cette personne est l’idéale pour les fonctions de président de la république ou pas ? Et vu le nombre exceptionnel des candidats, les choix peuvent diversifier selon les attentes de chacun.

Mais l'inattendu arrive, quatre candidats à la présidentielle se sont retirés de la course, dont Mustapha Kamel Nabli et Noureddine Hached.

Tout sous l’œil attentif et l’alerte maximale des forces de sécurité.

Mais voyons ce qui se passe lors de la campagne électorale à la présidentielle ? Il y a deux indicateurs frappants et les plus en évidence.

Le premier concerne les tournées de Béji Caid Essebsi à travers les gouvernorats de la République lors de sa campagne à la présidentielle, ces tournées dans leur majorité ont vu une présence intense rassemblant tous les âges et les diapositives et un accueil chaleureux et encourageant.

Ce qui peut donne allusion qu'il sera l'élu à la présidence, et qu'il l’emportera, Béji Caïd Essebsi est le chef du Mouvement Nida Tounes, le parti qui a remporté une majorité dans les législatives.

Le contraire se passe avec Moncef Marzouki - actuellement président de la république, est souvent confronté par le mot dégage et contrarié par des affrontements et ses visites finissent avant de commencer.

Moncef Marzouki candidat soutenu par le parti Enahdha, le parti qui a gouverné le pays pendant environ trois ans et qui a causé pas mal de dégâts au développement et à la sécurité du pays.

Le choix est fait

C’est la tendance à la hausse du sens de la responsabilité envers le pays, les Tunisiens ont saisi l'ampleur de la situation et ont constaté que le moment est venu pour sauver le pays des griffes du terrorisme, de son entourage malsain et de ses manigances déloyales.

Ces deux indicateurs apparemment font signe que les Tunisiens dans leur majorité ont déjà tranché et le choix est fait.

Alerte maximale lors des élections

Rappelons que des opérations proactives établies pour éviter tout ce qui pourrait perturber la sécurité lors des élections présidentielles,

Sachant que la cellule de crise sous la présidence du chef du gouvernement a décidé la fermeture des frontières Tuniso-lybiennes « Ras Jedir et Dhiba » et ce, du 20 au 23 novembre 2014, afin d’exclure tout incident pouvant troubler la période électorale.

BN#Élections #Démocratie #Tunisie