Le 21 Juillet 2014 est sortit l'ouvrage du professeur d'histoire-Géographie Phil Ndédi et expert en Géostratégie Africaine aux Éditions Universitaires Européennes intitulé "Et si l'#Afrique se retirait de l'ONU?". Cet ouvrage à soulevé plus d'une polémique en Afrique notamment au Cameroun d'où il serait originaire. Promotion oblige, Phil Ndédi bardé d'idéaux révolutionnaires aura bien voulu s'entretenir avec nous pour plus d'éclairages face à cette œuvre assez significative. Aux premiers abords, l'auteur a semblé sceptique vis à vis de la diffusion de cet entretien car il redoutait que ce soit mal vu du côté de l'occident. Nous avons donc commencé ainsi:

- Bonjour monsieur Phil Ndédi et encore félicitations pour la sortie de votre livre, cependant l'Afrique pourrait-on dire est sous le joug de la décolonisation depuis plus de cinquante ans déjà.

Publicité
Publicité

Pensez-vous que ce soit une utopie ou une réalité?

Je vous remercie pour l'attention que vous portez à ma nouvelle publication qui fait couler beaucoup d'encre. #Lecture

En effet, ce qui m'a motivé c'est notamment la colonisation déguisée dans laquelle s'englue les peuples africains depuis les années 60; les colons ont fait semblant de partir, pourtant rien n'a presque changé dans nos pays. L'école se fait dans la langue du colon, les échanges se font à l'aide d'une monnaie contrôlée par les colons, du moins en ce qui concerne les pays dits francophones où la France a pris soin de pérenniser le pacte colonial qui a la peau dure malgré les efforts certains que font les chefs d'États africains pour diversifier leurs amis. Cette situation doit prendre fin pour espérer une émergence d'une continent noir.
J'ai choisi le titre "ET SI L'AFRIQUE SORTAIT DE L'ONU?" pour exprimer le raz-le bol des Africains en général, et ceux de l'Afrique francophone en particulier. Certes l'ONU a joué un rôle indéniable pour la libération de l'Afrique, mais depuis les indépendances africaines, on a comme l'impression que ce gouvernement supranational ne sert plus que les intérêts des grandes puissances vainqueurs de la deuxième guerre mondiale qui l'ont créée. En effet, l'ONU a été créée pour un mettre un terme à l'état de guerre permanent ou larvé dans lequel vivait le monde après les multiples échecs de la Société des Nations. Quelle idée géniale! Mais depuis la première guerre israélo-arabe et même la division du monde en deux blocs en 1947 et 1948, l'ONU devait, à défaut d'être révisée et réorientée, cesser d'exister purement et simplement. Mais au lieu de cela, elle continuer sa course d'autruche. On a pour preuve la permanence de l'impérialisme en Afrique, la permanence des guerres et des conflits que cette ONU entretient par l'intermédiaire de ses forces d'occupation qui portent le triste nom de force de maintien de la paix, alors que ce sont les forces de maintien de la guerre, il n'y a apprécier ce qu'elles font au Congo (R.D.C.) depuis 1959, pourrez comprendre quelque chose ? La permanence u sous-développement, de l'aide publique afin de maintenir l'Afrique dans une dépendance sans fin. A ce triste s'ajoutent les pandémies que semblent entretenir les grandes puissances: quand ce n'est le sida, c'est le lugubre ébola... Et quoi encore? L'économie de traite se conforte 60 ans après les indépendances.
Aussi avons -nous ait des proposions fortes pour que l'ONU soit réformée, sinon, l'Afrique qui n'est qu'un faire-valoir en son sein va plier bagages pour se consacrer à construire son unité. Imaginez-vous que c'est avec le feu vert de l'ONU que les armées de l'OTAN sont venues écraser la Libye et assassiner le colonel Kadhafi! Alors que l'OTAN a été créée pour assurer la sécurité des pays occidentaux dans leur affrontement avec l'ex bloc soviétique, mais elle a retourné ses armes pour assujettir à nouveau l'Afrique, faute d'adversaire en Europe. Par ailleurs, l'ONU laisse certains leaders occidentaux imposer l'homosexualité aux États africains comme gage d'une nouvelle vision pour le développement, développement qui n'a pas été possible depuis les indépendances. Pourtant, il n'a fallu que cinq an après le 2è guerre mondiale pour que par le plan Marshall, les pays d'Europe occidentale soient reconstruits, pourquoi l'Afrique doit-elle demeurée une source d'approvisionnement en matières premières et un débouché pour les produits manufacturés venant d'ailleurs? Aussi estimons-nous que si rien de positif n'est fait pour que l'ONU soit réformée afin
l'Afrique y ait sa place, se retirer est la meilleure solution.
Votre troisième question mériterait d'être reformulée. Qu'à cela ne tienne, je dois dire qu'il est plus que temps pour que l'Afrique s'approprie de tous les leviers de sa souveraineté tant aux politique, économique que culturel. Au plan politique, seul les Africains doivent choisir eux-mêmes leurs dirigeants, ces derniers ne doivent plus leur être imposés de l'extérieur. Au plan économique, les États africains doivent mettre un terme une fois pour toute à l'économise de rente qui a toujours cours jusqu'à ce jour et transformer ses ressources naturelles sur le sol africain. Les États d'Afrique francophone doivent cesser d'avoir pour monnaie le CFA qui sent trop la colonisation et qui les déconnectent des circuits des échanges internationaux, dans la mesure qu'ils ne peuvent pas entretenir ces échanges sans l'autorisation de la France. Au plan culturel, il est temps pour que les africaines soient non seulement enseignées, mais aussi elles doivent devenir des langues officielles qui expriment les particularismes africains.
En ce qui concerne la lutte contre le chômage des jeunes, la transformation des matières premières africaines en Afrique renverserait la situation, car elle contribuerait à développer des entreprises multiformes qui recruteraient à tour de bras ns jeunes qui cesseraient de tenter l'aventure périlleuses vers l'Europe qui continue d'être un mirage pour eux. Pour ce qui est de sécurité sociale, "un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens les moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont capables de se les procurer par le travail" serait la bienvenue et éviterait beaucoup de déviances.
Les personnalités auxquelles vous faites allusion ont ait leur temps,elles ont mené des combats pour lesquels ils ont donné de leurs vies parce qu'elles avaient foi en l'Afrique, elles sont parties, l'Afrique a de nombreux enfants susceptibles de reprendre le flambeau, et voilà pourquoi nous écrivons, pour les éveiller, éveiller les consciences africaines qui semblent dormir et se complaire au statu quo ante. NON. Il y' a encore d'autres Sankara, d'autres Kadhafi, pour construire les Etats-Unis d'Afrique pour laquelle ceux-là ont donné leurs vies.