Samedi 22 novembre, la ville de Yaoundé a été plongée dans l'obscurité la plus totale aux environs de 20 heures. Que d'incompréhensions à ce moment! Des hypothèses n'ont cessé de circuler parmi la population qui ne demandait rien de plus que d'avoir des réponses vu les incessantes coupures qui sévissent déjà depuis quelques années. En effet la AES-SONEL (ex-société d'électricité nationale du #Cameroun) devenu ENEO (nom de baptême de la nouvelle société d'énergie électrique anglaise ACTIS qui a remplacée la AES-SONEL) n'a pas vraiment satisfait la population comme cela avait été annoncé.

Les installations électriques n'étant pas encore au point, l'état camerounais a donc décidé de construire une centrale de gaz dans la ville de Kribi.

Publicité
Publicité

L'inauguration est prévue au mois de mars. Est également programmée la construction de nouveaux barrages, notamment celui de Lom Pangar. Par ailleurs, quelques jours avant l'explosion dites de Ngousso, il avait été dit qu'il y'aurait quelques perturbations dans la ville et ses environs pour des travaux d'élagage sur la ligne de transport des quartiers Oyomabang-Mangonbé. Cette explosion qui s'est passée de l'autre côté de la ville a interrompu toute activité d'énergie électrique, selon les responsables d'ENEO. Selon certaines sources, cette nouvelle société implantée dans la ville de Yaoundé a profité de cette explosion pour faire la révision de certains transformateurs défectueux dans les quartiers de la capitale. En effet, il aurait été livré de nouveaux transformateurs en vue d'améliorer les services des capitales politique et économique et cela nécessitait des coupures temporaires d'électricité en vue de la révision.

Publicité

La population camerounaise durant des années à subir des délestages et ne se revoit pas dans ce schéma désastreux de manque d'énergie qui coupait net les activités de certains. L'impasse était totale, personne ne sachant quand surviendraient ces coupures et quand l'électricité reviendrait. Cette explosion a donc rappelé de mauvais souvenirs, personne ne veut revivre cette psychose des années précédentes. Sur ce, il est vrai qu'arrêter la distribution d'énergie lorsqu'il y'a une explosion de cette envergure est des plus sécuritaires pour les citoyens.

Le gaz domestique entre autre est une des denrées utiles pour les ménages, se munir d'une bouteille de gaz ne peut être que légitime. Alors lorsqu'on constate que certains distributeurs de cette manne décident de prendre une partie du contenu de chaque bouteille afin de s'enrichir il est normal qu'on assiste à ce genre de désastre. Les contrôles préalablement effectués par les agents agréés pour cette tâche sont des plus suspects car certains de ces agents véreux sont de mèche avec les distributeurs aux méthodes crapuleuses.

Publicité

La LCC (ligue camerounaise des consommateurs) à donc décidé de trainer CAMGAZ (principale société de distribution de gaz domestique mise en cause) au tribunal. L'initiative a été prise d'avoir recours à l'ouverture d'une caisse afin de payer les frais de justice appropriés en prenant une carte d'adhésion de 5000francs CFA pour les membres actifs et de 20.000francs CFA pour les membres d'honneurs afin de permettre à la LCC de faire face aux frais de justice. Il faut contraindre à payer cette entreprise anti-citoyenne qui a reconnu commercialiser des bouteilles de gaz domestique non conformes aux normes.

BN #Afrique