C'est en route. La liste du patrimoine de l'Unesco belge pourrait donc s'agrandir. A côté de la Grand Place de Bruxelles, des sites miniers de Wallonie ou du centre historique de Bruges, logeront sans doute un jour les frites Belges. Incontestablement, les patates coupées en lamelles et fries deux fois dans l'huile, est une tradition culinaire belge.

Tout le monde d'accord

Au nord, au sud et à Bruxelles tout les politiques devraient s'entendre, les frites portent avec elles une culture bien belge et méritent d'être récompensées. Résultat, une demande conjointe entre la Flandre, la fédération Wallonie-Bruxelles (communauté réunissant les francophones de Belgique) et la communauté germanophone (70 000 habitants au sud est du pays) va être déposée au patrimoine immatériel mondial de l'UNESCO.

Publicité
Publicité

Notamment en hommage aux 5000 frituristes belges, soit une friterie par village. Le chiffre provient d'un dossier de presse du CDH (parti démocrate et humaniste francophone), non vérifié. Mais tatata, pas trop vite ! Avant de le demander au manitou du Patrimoine culturel mondial, une condition : toute la Belgique doit reconnaître officiellement la valeur culturelle de la frite !

Promouvoir la frite

Ce matin, le ministre Wallon de l'agriculture René Collin CDH (parti du centre francophone) a lancé sa campagne pour reconnaître la frite belge dans les communautés francophones et germanophones. Pour la promotion de sa campagne, il réitère l'événement de la semaine de la frite en Wallonie à partir de la semaine prochaine pour la quatrième année consécutive. D'après le CDH. Ca c'est pour le coup de pub.

Publicité

Plus sérieusement, il dépose aussi officiellement une « demande de reconnaissance de la Culture de notre frite belge au patrimoine culturel et immatériel de l'Humanité à la Fédération Wallonie-Bruxelles et à la Communauté germanophone ». En Flandre, c'est fait, les frites sont déjà classées au Patrimoine depuis février dernier. Une fois les trois communautés d'accord, la Belgique, unie par la frite, pourra déposer une demande officielle de reconnaissance de la frititude belge à l'Unesco.

Et ce n'est pas qu'une affaire de ministres ou d'attraction touristique. Les citoyens aussi sont invités à expliquer pourquoi selon eux, il faut soutenir la culture de la frite en signant une pétition en ligne. Gage pour un cornet gratuit... Bon appétit !

BN #Food #Gastronomie