On se rappelle le drame de Malaysia Airline du 17 juillet dernier qui s'était écrasé sur le sol ukrainien, après avoir été semble-il touché par un missile.

C'est au tour d'un avion de la compagnie Indonesia AirAsia de perdre le contact avec la tour de contrôle. Pour l'instant, on craint le pire et les familles sont dans l'angoisse. Les recherches ont malgré tout été suspendues pour la nuit et reprennent aujourd'hui à 6h00 heure locale.

Ce dimanche, vers 5h20 heure locale (samedi en France), , environ une heure après son décollage de l'aéroport international de Juanda à Surabaya, l'Airbus A320-220 perd tout contact avec la tour de contrôle.

Publicité
Publicité

A ce moment là, il se situait dans l'est de l'île de Java. Il devait atterrir à Singapour à 08H30 (00h30 en France).

L'avion transportait 155 passagers, sans compter les membres de l'équipage, dont un Français, qui est le co-pilote. Dans un communiqué de presse, la compagnie Asia Airline affirme que "l'appareil suivait son plan de vol et a demandé la permission d'en changer en raison de la météo avant que la communication ne soit perdue alors qu'il dépendait toujours du contrôle aérien indonésien".

D'après le porte-parole du ministère indonésien des Transports, l'avion aurait demandé à prendre de l'altitude à cause des mauvaises conditions climatiques pour pouvoir ainsi éviter une masse de nuages.

D'après la compagnie AirAsia, l'avion était entretenu, puisqu'il avait fait l'objet d'une maintenance mécanique le 16 novembre dernier.

Publicité

Indonesia AirAsia appartient partiellement à la compagnie Malaisienne low cost AirAsia et n'a pas fait parler d'elle ces dernières années.

Sur sa page Facebook, dans son dernier message, AirAsia nous informe que l'avion transportait 7 membres d'équipage, 155 passagers, 137 adultes, 17 enfants et un nourrisson.

Sur cette page, la compagnie informe également, qu'elle fait son possible pour tenir les familles des passagers et des membres de l'équipage informées de l'évolution de la situation et qu'elle est aussi présente pour les soutenir moralement et matériellement. En effet, la compagnie a mis en place une équipe de soutien qui fournira les premiers besoins comme le logement sur place et les frais de voyage. Une cellule de crise a été ouverte.