L'alerte est donnée vers 10 heures, heure locale (minuit à Bruxelles) ce lundi 15 décembre : des personnes sont prisonnières au sein du café Lindt à Martin Place, au cœur du quartier financier de Sydney en Australie. Le ravisseur armé serait un homme seul, selon la police.

Environ 6 heures plus tard, trois hommes ont quitté les lieux en courant. Ils sont à l'heure actuelle interrogés par la police. Une heure et demie s'est ensuite écoulée avant que ne soient vues deux employées courir, elles aussi, hors du café. Pour l'heure, nous ne savons pas si ces otages-là ont été relâchés, ou s'ils se sont enfuis.

La maison Lindt, à qui appartient le café du même nom, a indiqué qu'une dizaine de salariés se trouvaient sur les lieux.

Publicité
Publicité

La police estime qu'il y aurait moins de trente personnes détenues. Enfin, la chaîne de télévision Seven News a estimé une quinzaine de personnes à l'intérieur. Leurs locaux se situent juste en face du café, ce qui leur donne une bonne visibilité sur les lieux.

Les motivations du ravisseur ne sont pas encore connues. Celui-ci a fait flotter, au début de la prise d'otages, un drapeau noir et blanc à la fenêtre du café. Sur ce drapeau était inscrite une phrase en arabe, disant : «Il n'y a de dieu que dieu, et Mohamed est son prophète».

La question qui se pose désormais est : «Est-ce un événement lié au terrorisme ?». Pour limiter les risques, l'opéra de Sydney et la bibliothèque ont été évacués, et le centre ville est fermé par un dispositif policier de grande ampleur. Toute cette zone est à éviter, et les personnes y travaillant ont été priées de quitter les lieux au plus vite.

Publicité

Au mois de septembre dernier, l'Australie avait pris des mesures afin de relever le niveau d'alerte face au danger terroriste, le faisant passer de «moyen» à «élevé», ce qui n'avait plus été le cas depuis plus de dix ans. En cause : la montée de l'Etat islamique, qui a attiré dans ses rangs une centaine d'Australiens. Cependant, nous ne savons pas encore concrètement si cette prise d'otage a un lien avec ce groupuscule djihadiste.

L'option du lien avec le groupe Etat islamique est à envisager sérieusement, d'autant plus après les informations rapportées par la chaîne de télévision Channel 10. Cette dernière aurait réussi à contacter deux des otages qui ont indiqué que le ravisseur souhaitait qu'on lui fournisse un drapeau de l'Etat islamique, et qu'on lui établisse une communication avec le Premier ministre Tony Abbott. Le preneur d'otages aurait aussi placé quatre bombes : deux au sein du café Lindt, et deux quelque part dans le quartier des affaires de Sydney. Depuis lors, les autorités ont demandé aux médias nationaux de ne plus divulguer ce genre d'informations.

Publicité

La police est actuellement en contact avec le preneur d'otages, qu'elle aurait visiblement identifié, mais ne souhaite pas révéler son identité pour le moment. De son côté, le Premier ministre Tony Abbott a convoqué le Comité de sécurité nationale afin de faire face à la situation.