L'ambiance festive de Noël a quelque peu déserté la Big Apple aujourd'hui. La ville est sous le choc et déplore la mort tragique de deux de ses policiers. Wenjian Liu (32 ans) et Rafael Ramos (40 ans), l'un jeune marié et l'autre père de famille, ont été tués par plusieurs coups de feu tirés presque à bout portant par la fenêtre de leur véhicule de police, alors stationné devant un HLM du quartier de Brooklyn. L'auteur des faits a pris la fuite, mais a rapidement été rattrapé par plusieurs policiers. Se voyant cerné, il s'est suicidé d'une balle dans la tête.

Ismaaiyl Brinsley était un jeune homme noir de 28 ans bien connu de la justice à Baltimore, sa ville d'origine.

Publicité
Publicité

Il faisait partie d'un gang sobrement appelé "Black Guerilla Family" et avait annoncé son geste quelques heures avant de quitter Baltimore pour New York, blessant également par balle sa petite amie au moment de quitter son domicile. "Je mets des ailes aujourd'hui aux cochons. Ils prennent un des nôtres... Prenons deux des leurs", avait-il posté sur Twitter, ajoutant à son commentaire les hashtags #Tuons la police, #RIPEricGardner et #RIPMikeBrown. Il n'y a plus de doutes à l'heure actuelle : c'était bel et bien pour venger la mort d'Eric Gardner et Mike Brown, deux Noirs abattus par deux policiers blancs à Ferguson et à New York qu'Ismaaiyl a à son tour commis l'irréparable. Ces deux meurtres secouent depuis plusieurs semaines les Etats-Unis, et des émeutes éclatent encore presque chaque jour, surtout depuis que les deux policiers blancs en question ont été relaxé par la justice.

Publicité

La police en colère

Les meurtres de Wenjian Liu et Rafael Ramos plongent bien évidemment la police newyorkaise, et plus généralement américaine, dans l'émoi le plus total. Il se dit qu'en interne, les policiers rejettent la faute sur le maire de la Grosse Pomme, Bill de Blasio, qu'ils jugent trop conciliant avec les émeutes, et donnant trop peu de moyens aux policiers sur le terrain. Les policiers lui auraient ainsi carrément tourné le dos lors de sa visite à l'hôpital auprès des deux défunts.

De son côté, #Barack Obama a divulgué un communiqué de presse dans la journée pour condamner ce qu'il s'est passé à New York. "Je condamne inconditionnellement le meurtre aujourd'hui des deux policiers à New York. Deux hommes courageux ne rentreront pas chez eux ce soir retrouver leurs proches, et il n'y a aucune justification pour cela", a-t-il réagi. "Aujourd'hui, je demande aux gens de rejeter la violence et les mots qui blessent et de préférer les mots qui guérissent". Ce sont à peu de choses près les paroles qu'ont prononcé les familles de Mike Brown et d'Eric Gardner. Dignes comme lorsque les émeutes ont éclatés, celles-ci ont déclaré qu'elles ne souhaitaient que la paix dans leurs communautés.