La Belgique a affirmé vouloir laisser un maximum de chances aux négociations de paix. Dès lors, elle n'entend pas reconnaître la #Palestine tout de suite, contrairement à la Suède, la France, ou encore l'Irlande plus récemment. Les quatre partis de la majorité ont déposé leur résolution à la Chambre : la Palestine sera reconnue au moment le plus opportun. Autrement dit, chaque chose en son temps?

Il y a de cela deux semaines environ, les médias belges titraient à l'unanimité: «La Belgique prête à reconnaître l'Etat palestinien». Des précisions furent apportées quant à un accord de la majorité (le MR, le VLD, le CD&V, ainsi que la N-VA) sur la question.

Publicité
Publicité

Ces précisions disaient alors qu'une résolution serait déposée (et adoptée) à la Chambre. Aujourd'hui, il n'en est rien. Du moins, les politiciens énumèrent une série de conditions à remplir, afin de «mériter» cette reconnaissance de la part de la Belgique?

La résolution déposée appelle à prendre en considération certains éléments. Tout d'abord, il s'agirait de voir si l'impact d'une reconnaissance serait positif sur de nouvelles négociations de paix. Ensuite, il faudrait qu'il y ait une concertation européenne. Enfin, un gouvernement palestinien de plein exercice, ayant autorité sur l'ensemble du territoire palestinien, devrait être instauré. Si tous ces éléments étaient réunis, la Chambre demanderait sans hésitation au gouvernement de reconnaître l'Etat palestinien. Et ce, dans les limites du territoire reconnues selon les frontières de 1967, modifiées si, et seulement si, un accord est conclu entre les deux parties.

Publicité

Cependant, cela n'est pas du goût de tous. Le parti francophone Ecolo par exemple a affirmé qu'en énonçant de telles conditions, «impossibles à rencontrer», la majorité renvoyait en fait la reconnaissance de la Palestine «aux calendes grecques». Ecolo avait, en effet, déposé une résolution appelant à une reconnaissance effective et immédiate de la Palestine.

La question que nous nous posons tous désormais est : «Pourquoi un tel revirement de situation?». #Israël