La Maison Blanche renforce les mesures de sécurité dans les installations américaines à travers le monde avant la publication d'un rapport révélant en détail les méthodes d'interrogatoire musclées de la CIA. Un porte-parole a expliqué que les ambassades et autres sites sont en train de prendre des précautions au milieu « des indications » de « plus grand risque ». Un résumé de 480 pages du rapport du Sénat devrait être publié ce mardi.

Ce rapport devrait contenir des détails des mesures prises par la CIA contre Al-Qaïda à la suite des attaques du 11 septembre, ainsi que des informations sur les méthodes controversées utilisées par la CIA dans ses efforts pour extraire des informations à des suspects.

Publicité
Publicité

La publication du rapport a été retardée en raison de désaccords à Washington sur ce qui devrait être rendu public.

Un ancien avocat de la CIA a parlé « d'interrogatoires renforcés » en disant: « je ne pense pas que je ai eu d'autre choix ». Le rapport, produit par le Comité du renseignement du Sénat, reste quand même peu volumineux.

Un résumé de 480 pages est publié par les démocrates. Le président Barack Obama a arrêté le programme d'interrogatoire de la CIA quand il a pris ses fonctions en 2009, et a reconnu que les méthodes utilisées pour interroger les prisonniers d'Al-Qaïda sont apparentées à de la torture.

Pendant la présidence de George W. Bush, plus de 100 terroristes présumés ont été détenus hors des Etats-Unis dans le cadre de la lutte contre le terrosime.

Que pouvons-nous apprendre sur le programme d'interrogatoire de la CIA dans ce rapport très expurgé? En se basant sur les fuites, la publication de ce mardi semble répondre à une grande question : les méthodes d'interrogatoire - la torture si vous voulez - pourraient être plus vastes et plus brutales que ce qui a été admis précédemment.

Publicité

Les responsables de la Maison Blanche - tout en insistant sur les libérations à venir - ont nerveusement expédié John Kerry encourager le comité à réfléchir deux fois sur la publication de ce rapport dans un monde instable, mais cela n'a pas fonctionné. La vérité doit éclater au grand jour.

Les détenus semblent avoir été interrogés en subissant des violences telles que la simulation de noyade, des gifles, des humiliations, l'exposition au froid, et la privation de sommeil.