Lorsque les cloches de Notre-Dame ont sonné le glas, qu'est-ce que cela signifiait? Était-ce le signal d'un grand rassemblement œcuménique populaire ou bien le signal d'une nation en danger?

Savoir prendre des risques, tel est le quotidien de bien des grands reporters journalistiques qui parfois ont perdu la vie à corps défendant. En lisant les coupures de presse d'aujourd'hui, je constate que le journal « Charlie Hebdo » est lui-même choqué du déferlement populaire mondial de la quasi unanimité, ce qui pourrait réjouir si nous ne savions pas ce que tout cela cache.

Les ennemis d'hier réunis pour marcher afin de démontrer que le terrorisme ne passera pas.

Quelle illusion tragique puisqu'au sein-même de ces défilés seront inclus ceux qui ne rêvent pas comme la grande majorité populaire (dixit Le Monde).

Publicité
Publicité

Eh oui, les démocraties populaires ont couvé des serpents en leur sein, et les œufs ont éclos, donnant naissance à des reptiles prêts à tout. Avions-nous déjà oublié le 11 Septembre 2001? S'ils ont réitéré leur « exploit » c'est que le terrain leur était propice. Tout simplement.    

Pour que se pose un avion sur la piste d'atterrissage, il faut que cette dernière soit balisée.

Au cours de ces défilés à Paris, un grand nombre de politiciens s'avère être en recherche d'approbation électorale. La majorité d'hommes et de femmes est en quête d'un idéal républicain inexistant ! Et par-dessus tout cela, la côte présidentielle se prend d'envie de remonter les courbes statistiques. Attention au réveil !

Investir les rues de Paris et d'ailleurs de masses populaires sorties tout droit des entrailles citadines, clamant et proclamant "être Charlie", c'est bien.

Publicité

Mais en ce qui concerne les réfractaires d'un non-agglomérat populiste désireux de se démarquer de la foule, ceux-là mêmes se proclamant « ne pas être Charlie », sont-ils pour autant de mauvais républicains?

Je ne le pense pas, mais d'autres se chargeront de faire traîner des bribes de pensées uniques pouvant paraître évidentes en ce jour de réunification.

Partisane ou Républicaine? Pour être républicaine, chacun des partis politique formant le panel politique français se devait d'être invité par le gouvernement, reçu par le président. Il n'en fut rien, donc il faut croire que ce défilé, image de marque du gouvernement français, était retouché afin d'éradiquer tout empêcheur de tourner en rond.

La publicité faite pour ce journal est extrême, parce que l'on ne peut pas rire de tout, n'en déplaise aux penseurs républicains. Par contre, il n'entre pas dans la pensée française et d'ailleurs, d'accepter une quelconque dictature préférentielle, hypocrite, haineuse et meurtrière.

Le glas s'est tu, les drapeaux repliés, chacun retournés à ses vacations.

Publicité

Le gouvernement de Manuel Valls commence à prendre le contre-pied de l'événement de la semaine passée, mais pour maîtriser le "contre-ut", il faut connaître la musique. Est-il bon musicien? Nous allons avoir très vite réponse à la question. Mais une question : qui détient, à ce jour, entre ses mains, la baguette du chef d'orchestre? Qui?

#Union Européenne