Un drapeau américain est hissé devant un hôtel à La Havane, à #Cuba. Un drapeau, ce n'est qu'un symbole, diront certains. Dans le contexte des relations diplomatiques inexistantes depuis plus de 50 ans entre les Cubains et les Américains, ce symbole démontre la volonté des deux nations d'en finir avec leurs problèmes. Ce mercredi 21 janvier, des représentants des deux pays seront rassemblés pour entreprendre la négotiation des termes d'une entente historique.

Il y a cinq semaines, les président #Barack Obama et Raul Castro, annonçaient simultanément un accord qui mettait fin à un demi-siècle d'hostilités. Cette rencontre à huis clos entre des dirigeants des plus hauts niveaux des deux pays marquent le début de la normalisation des relations entre deux nations.

Publicité
Publicité

Celles-ci étaient rompues depuis 1961.

La délégation américaine sera dirigée par la sous-secrétaire d'État pour l'hémisphère occidental, Roberta Jacobson et la cubaine sera menée par Josefina Vidal, spécialiste des États-Unis au ministère des Affaires étrangères de Cuba. Pour plusieurs analystes, les discussions pourraient permettre de soustraire Cuba à la liste des pays qui soutiennent le terrorisme. Cette avancée serait un énorme gain. Le gouvernement Castro obtiendrait ainsi un accès aux institutions financières internationales.

Deux jours de discussions qui se promettent très animées. L'un des sujets qui retiendra l'attention est le flux migratoire. Pour les États-Unis, l'immigration illégale est un sujet chaud comme l'ont démontré les Républicains la semaine dernière.

Washington a levé des restrictions commerciales et a assoupli les règles de transfert monétaire entre les deux pays.

Publicité

Ces actions étaient une preuve de bonne volonté par le président Obama qui demeure les mains liées pour lever l'embargo commercial sur l'île, en vigueur depuis 1962. La majorité républicaine du Congrès ne lui permet pas pour le moment. De son côté, Raul Castro a libéré 53 prisonniers politiques pour démontrer sa bonne foi.

Ces discussions seront le point de départ d'un long processus. On ne peut s'attendre à de grandes annonces cette semaine, mais c'est un premier pas qui fera plaisir à de nombreux Cubains des deux côtés de la frontière. #Etats-Unis