Des sources sécuritaires locales dans l'Extreme-Nord du #Cameroun ont rapporté jeudi matin que "sept personnes ont été égorgées dans la journée de mercredi à Achigachia, à la frontière avec le Nigéria voisin par des combattants de #Boko Haram. Trois autres villageois l'ont été dans le village Gnam-Gnam, village situé à trois kilomètres de Waza". Selon les témoins joints au téléphone, "une partie de ce village a également été incendiée". Les mêmes sources ont ajouté que "les personnes égorgées étaient des villageois arrêtés au cours de l'attaque des membres du groupe terroriste Boko Haram". Cette nouvelle tuerie survient 72 heures après la décision du président Béninois Boni Yayi d'envoyer 700 soldats sur terrain des opérations aux cotés du Tchad et du Cameroun.

Jeudi matin, l'armée tchadienne a entamé son déploiement à Fotokol où la veille, sept roquettes tirées par Boko Haram ont semé la panique dans la ville.

Publicité
Publicité

L'armée camerounaise et l'armée tchadienne sont séparées des combattants de Boko Haram installés à Gambaru par le petit fleuve El Beid.

Depuis quatre mois, le bilan des attaques de Boko Haram est particulièrement sanglant dans l'Extreme-Nord Cameroun. Dans la matinée du 26 janvier 2015 à Lima près Leimari, deux enfants ont été retrouvés égorgés. Lors de cet incident, les riverains de Lima ont évoqué une opération de Boko Haram. Lima est à moins de dix kilomètres de Fotokol à la frontière Cameroun-Nigéria.

Pour exprimer leur soutien fort aux forces de défense et de sécurité, le collectif « Unis pour le Cameroun » entend organiser le 28 février 2015 à Yaoundé, une marche des Camerounais, des amis du Cameroun, pour le Cameroun. Cette marche vise selon les organisateurs: "à souder le pays, à créer l'union sacrée autour de la guerre contre la secte Boko Haram au-delà des régions, des ethnies, de toutes convictions politiques et religieuses. Elle veut transmettre un soutien fort à nos forces de défense et de sécurité engagées dans la sécurisation du territoire national, et rassurer les populations meurtries par les agissements de la secte dans l'Extrême-Nord du Cameroun de la solidarité nationale; en même temps qu'elle doit prendre à témoin l'opinion internationale sur la détermination des Camerounais à ne point faiblir dans cette épreuve qui nous est imposée par les circonstances".